Voir aussi : asséner

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(c. 1140) asener. De l’ancien français sen de sens identique au germanique sinno, « direction, sens, intelligence », en tous cas apparenté à la racine indo-européenne sent « prendre une direction, (res)sentir ».

Verbe Modifier

assener \a.sə.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Frapper en portant un coup violent.
    • La femme avait réagi ([…]) en lui assenant quelques bons coups de poêle sur le crâne, tant elle était furieuse d'apprendre qu’ils avaient trimé dans la plus grande pauvreté durant toutes ces années, alors qu'il était riche comme Crésus. — (Meg Cabot, Victoria et le vaurien, traduit de l'anglais (États-Unis) par Camille Croqueloup, Hachette Jeunesse, 2007, chap. 11)
    • Il ponctuait son discours en assenant de vigoureuses claques sur la table.
  2. (Par extension) Dire quelque chose qui désarçonne, qui assomme.
    • Après les arguments qu’il nous a assenés, la discussion est close !
    • Cet immense couturier n’assenait rien, il discutait, s’arrangeant toujours pour vous inclure dans sa conversation. — (Yasmine Youssi, Je me souviens de... Hubert de Givenchy, Télérama n° 3558, 21 mars 2018, page 16)
  3. Étaler des filets sur le rivage pour recueillir la pêche.

Variantes orthographiquesModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

GalloModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

assener \asnə\ ou \asne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (graphie ABCD)

  1. (Morbihan) Arranger, ranger.
  2. (Morbihan) Caser.

RéférencesModifier

  • Régis Auffray, Le Petit Matao, Rue des Scribes, 2 novembre 2007, Broché, 1000 pages ISBN 978-2906064645, page 93