FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(fin du XVIIIe siècle) Aussi écrit chique au dix-neuvième siècle, de l’allemand Schick (« adresse », « habileté »), dans cette langue, le sens de « élégance » est un ré-emprunt au français.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
chic chics
\ʃik\

chic \ʃik\ masculin et féminin identiques ou invariable

  1. Élégant.
    • Une à une les succursales des magasins de luxe parisiens, londoniens ou berlinois fermaient, devant rouvrir, l’été, dans les stations chic : Chamonix, Royat, ou Aix-les-Bains. — (Paul Margueritte, Jouir, t. 2, 1918, p. 260)
    • D’ailleurs il a pas mal lu, Nastase ; autrefois, avec Totome, ils passaient des soirées et des veillées à chercher des mots chics dans le petit Larousse . — (Louis Pergaud, « Un point d’histoire », dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Nous étions en pleine déclaration d’amour quand un maître d’hôtel, ou quelque chose du genre, habillé en pingouin cravaté, est sorti du restaurant chic en face de nous. — (Claude Champagne, Amour et Jules, Québec Amérique, 2009)
    • Cette robe fait fureur également dans les boutiques chics de la zone sud de Rio. — (La Bague de Kate, LePoint.fr, 19 novembre 2010)
  2. (Familier) Digne de sympathie par son caractère, sa manière d’agir. (Dans ce sens moral, l’épithète précède le nom.)
    • - Je m’en vais, je lui dis, mais avant de partir, je veux vous dire la chose suivante : je trouve que vous êtes une chic môme. — (Peter Cheyney, Les femmes s’en balancent, traduction de Michelle et Boris Vian, Gallimard, 1949, page 126)
    • Va donc faire des gnards avec une chic fille. Tu promets de m'en faire un en plus, rien que pour moi qui peux plus en avoir ? — (Jonathan Kellerman, La Clinique, traduit de l'anglais (USA) par Robert Pépin, Le Seuil, 1998)
    • En fait, je vais vous dire, c’est une très chic fille… Qui a un peu disjoncté au printemps dernier… — (Guy Bedos, « Première Impro », dans Bête de scène, Éditions Hors Collection, 2004)
    • Personne ne vous engage pour être votre ami. Les gens vous engagent pour concevoir des solutions à des problèmes. Mais s'ils peuvent obtenir la même solution auprès d'un chic type et d'un personnage imbuvable, ils choisiront le premier. — (Mike Monteiro , Métier web designer, adapté de l'anglais par Charles Robert, Editions Eyrolles, 2012, p. 14)

NotesModifier

Au xixe siècle, chic ne s’accordait pas en nombre. Depuis, l’accord se répand[1]. Aujourd’hui, l’usage, bien que semblant globalement privilégier l’accord, hésite (« banlieues chic » l’emporte sur « banlieues chics », « boutiques chic » est au coude-à-coude avec « boutiques chics », « restaurants chics » est deux fois plus répandu que « restaurants chic », « endroits chics » écrase « endroits chic »), comme les lexicographes qui restent divisés.
L'on trouve, rarement, une flexion au féminin de forme chique & chiques.

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Nom commun 1 Modifier

chic \ʃik\ masculin

  1. Élégance extrême.
    • Ce fut un événement parisien du plus haut chic. Les gazettes vantèrent, sur le mode pindarique, la richesse de la mariée, l’élégance entraînante du marié, l’extraordinaire probité, l’inépuisable bienfaisance et les goûts artistiques d’Alexandre de Gavinard. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Gavinard)
    • […] Mmes Daudoird et Clara Lemonnier, dont la première portait l’habit noir avec un chic et une aisance qui auraient damé le pion au clubman le plus élégant. — (Albert Vanloo, Sur le plateau, souvenirs d’un librettiste, 1913)
    • Elle avait soif de chic, mais ne s’en faisait pas la même idée que les gens du monde. Pour eux, le chic est une émanation de quelques personnes peu nombreuses qui le projettent jusqu’à un degré assez éloigné — et plus ou moins affaibli dans la mesure où l’on est distant du centre de leur intimité — dans le cercle de leurs amis ou des amis de leurs amis dont les noms forment une sorte de répertoire. — (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 74)
  2. (Figuré) Grande habileté.
    • Ils avaient un chic spécial et une habileté extraordinaire pour s’excuser auprès des Rouges d’avoir été vus à l’offerte le dimanche, et auprès des Blancs pour s’être laissé entraîner à fêter le 14 juillet parmi les drapeaux, les lampions, les litres et les Marseillaises. — (Louis Pergaud, « Deux Électeurs sérieux », dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Henry Kistemaeckers avait le chic pour se mettre à dos les autorités de Belgique, de France et, pour peu qu'il y traînât ses guêtres, du reste de la planète. — (Thierry Maricourt, Plaidoyer pour Ravachol , Amiens : Éditions Encrage, 1997, page 12)

SynonymesModifier

Grande habileté

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
chic chics
\ʃik\

chic \ʃik\ masculin

  1. (Régionalisme) Bruant.
    • Suivant Crespon, la plupart des Bruants sont désignés aux environs de Nîmes par le mot Chic. — (M. Olphe-Galliard, « Recueil des principales dénominations scientifiques et vulgaires de plusieurs espèces d'oiseaux d'Europe », dans la Revue et magasin de zoologie pure et appliquée, Paris : Librairie zoologique de E. Deyrolle fils, 1873, vol. 1, page 68)

PrononciationModifier

HomophonesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Emprunté au français chic.

Adjectif Modifier

chic \ʃiːk\

  1. Chic.


PrononciationModifier

EspagnolModifier

 

ÉtymologieModifier

Du français chic.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
chic
\Prononciation ?\
chics
\Prononciation ?\

chic
\Prononciation ?\

chic \ˈt͡ʃik\

  1. Chic.

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Du français.

Adjectif Modifier

chic \ʃik\

  1. Chic.

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 87,4 % des Flamands,
  • 93,9 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]