emmailloter

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de maillot avec le préfixe en-.

Verbe Modifier

 
Bébé emmailloté. (sens 1)

emmailloter \ɑ̃.ma.jɔ.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’emmailloter)

  1. Mettre un petit enfant dans un maillot.
    • Cette nuit-là, la nuit du solstice d’été, je fis un rêve. Je tenais un bébé dans les bras, ou du moins un paquet de linge emmaillotant quelque chose de précieux. — (Marie Darrieussecq, Claire dans la forêt, nouvelle, supplément au magazine « Elle », 2000, page 23)
  2. (Par extension) (Familier) Mettre un bandage à une partie blessée.
    • S’emmailloter un doigt.
  3. (Par extension) Envelopper.
    • Les condamnés au presidio (travaux forcés) balayent la ville et enlèvent les immondices sans quitter les haillons qui les emmaillottent. Ces galériens en manteaux sont bien les plus étonnantes canailles que l’on puisse voir. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • . Elle marchait vite, sa coiffure de campagne mal attachée sur ses oreilles, tout enveloppée d’un long cachemire qui l’emmaillotait comme si elle avait eu très-froid. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 227)
    • Si Jasper Hobson, ses compagnes, ses compagnons n’avaient eu les oreilles et la bouche emmaillotées dans d’épaisses fourrures, ils auraient pu entendre les bruits sourds de l’éruption, …. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • …, tu auras pour linceul les bandelettes tachetées d’or d’une peau de serpent, dont je t’emmailloterai comme une momie. — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)

Variantes orthographiquesModifier

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier