Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin aestuarium.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
estuaire estuaires
\ɛs.tɥɛʁ\

estuaire \ɛs.tɥɛʁ\ masculin

  1. (Géographie) Estran, partie du littoral, qui n’est couverte d’eau qu’à la marée montante.
  2. (Par analogie) Embouchure d’un fleuve qui forme une sorte de baie large et longue.
    • Béatitude bleue de l'Atlantique ; la brise du large nous fit croiser doucement dans l'estuaire. — (Pierre-Henri Simon, Les Raisins verts, 1950)
    • De l'autre côté, sur la gauche de l'estuaire, à partir de l'embouchure même de la Coppermine, la côte remontait au nord et se terminait par le cap Kruzenstern. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Peu de spectacles, en Europe, dépassent en grandeur celui qu'on découvre de Honfleur quand le soleil couchant, de ses flammes marines, éclaire jusqu'en ses profondeurs l'estuaire de la Seine. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Louis le pieux meurt en 840 sur le Rhin. Un an plus tard, la flotte danoise embouque l’estuaire de la Seine. — (Patrick Louth, La civilisation des Germains et des Vikings, Genève : éd. Famot, 1976, page 141)
    • Gigantesque boucan à la dérive, le village reculait dans les ténèbres tandis que s’illunait la voile lancée dans l’estuaire. — (Patrick Cuenot, Phénix d'Oppède : aventure fabuleuse d'un cannibale du Brésil, page 202, L'Harmattan, 2011)

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • estuaire sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier