Étymologie

modifier
De l’adjectif ferme, avec le suffixe -té.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
fermeté fermetés
\fɛʁ.mə.te\

fermeté \fɛʁ.mə.te\ féminin

  1. État de ce qui est ferme, difficile à ébranler, de ce qui ne chancelle point.
    • Ne marchez pas sur la glace, elle n’a pas encore assez de fermeté.
  2. Qualité d’un corps solide, compact.
    • Ce poisson a le goût et la fermeté de la sole.
    • La fermeté des chairs.
  3. Vigueur, force.
    • La fermeté des reins, du jarret.
    • Il n’a point de fermeté dans le poignet.
    • Fermeté de la main, Sûreté, assurance de la main pour exécuter quelque chose.
    • Ce chirurgien n’a pas assez de fermeté dans la main.
  4. (Sens figuré) Fermeté d’esprit, de jugement, se dit de la rectitude et de la solidité de l’esprit.
  5. (Dessin, Musique) Exécution vigoureuse et hardie.
    • La touche de ce peintre manque de fermeté.
    • Fermeté de pinceau, de crayon.
    • Le jeu de ce musicien a beaucoup de fermeté.
    • La fermeté de son coup d’archet.
  6. (Sens figuré) Assurance, en parlant de la Manière d’agir ou de parler.
    • La fermeté de sa contenance leur imposait.
    • Parler, répondre avec fermeté.
    • Mettre de la fermeté, beaucoup de fermeté dans ses réponses.
    • La fermeté de son regard.
  7. Constance, énergie, force morale qui fait braver les obstacles, les périls, qui rend capable de supporter, sans se plaindre, les souffrances, les revers, etc.
    • Cet homme n’a point de fermeté dans le caractère.
    • Une politique sans fermeté.
    • Il montra une grande fermeté dans le péril.

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Références

modifier

Étymologie

modifier
Du latin firmitatem, accusatif singulier de firmitias.

Nom commun

modifier

fermeté *\Prononciation ?\ féminin

  1. (XIIe siècle à XV) Fortification, forteresse.
    • Bours et villes castiax et fermetés — (Hervis de Metz, édition de E. Stengel, p. 142, 1200-25)
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)