Voir aussi : Grenier

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin granarium (« endroit pour les grains ») → voir grain, -ier et granaire.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
grenier greniers
\ɡʁə.nje\

grenier \ɡʁə.nje\ masculin

  1. (Architecture) Partie la plus haute d’un bâtiment rural, destinée à serrer les grains ou les fourrages et, par extension, bâtiment isolé destiné au même usage.
    • Mais vers sept heures, Marbre étant monté dans le grenier, afin d'en rapporter quelques provisions, redescendit aussitôt, […]. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • La Bruche du Pois n'a donc qu'une génération par an, et c'est par conservation en grenier des grains secs bruchés qu'on perpétue ce dangereux insecte. — (André Leroy, Culture des légumineuses potagères : Haricots . Pois, Librairie Hachette, 1941, page 82)
  2. (Par extension) (Architecture) L’étage d’une maison qui est immédiatement sous le comble.
    • On récolte les échalotes lorsque les feuilles jaunissent ; on arrache les plants et on les laisse ressuyer deux ou trois jours sur le sol ; cela fait, on les monte au grenier où on les suspend en paquets. — (« Le jardin de l'école », dans Journal des Instituteurs et des Institutrices, vol. 60, éd. Fernand Nathan, 1914, page 319)
    • Jamais Gaspard n'avait vu un tel grenier. C'était une jungle où l'on apercevait des armoires, des caisses, des baldaquins, des piles de baquets des rangées de perruques et même des harpes. — (André Dhôtel, Le Pays où l'on n'arrive jamais, 1955)
    • La dénomination de nombreuses braderies et « foires à tout » joue la carte de la transparence : on sait qu'on trouvera, sortis des greniers, plus d'objets de peu de valeur et de nanars que de meubles de style et autres antiquités de prestige […]., — (« Vocabulaire : Les mots de la chine », dans Lire, n° 226-231, éd. Lire Magazine, 1994, page 119)
  3. (Figuré) Région, pays fertile dont on tire beaucoup de blé ou d’autre céréale.
  4. (Par ellipse) Grenier à sel.
    • La consommation de sel, dont le prix oscillait entre 15 livres 8 sols et 57 livres 10 sols le minot, était libre, l'acheteur devant seulement s’approvisionner au grenier dont dépendait sa paroisse. — (Bernard Briais, Contrebandiers du sel : La vie du faux saunier au temps de la gabelle, Paris : Éditions Aubier Montaigne, 1984, page 14)

SynonymesModifier

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   grenier figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : maison.

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • grenier sur l’encyclopédie Wikipédia  

AnagrammesModifier

RéférencesModifier