Voir aussi : guivré

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français guivre, du latin vipera (« vipère »), avec influence du germain wipera → voir guipe.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
guivre guivres
\ɡivʁ\
 
Armoiries avec une guivre (sens héraldique)

guivre \ɡivʁ\ féminin (parfois masculin)

  1. (Héraldique) Meuble représentant dans les armoiries un serpent engloutissant (ou vomissant suivant les auteurs) un enfant ou un homme (parfois un autre animal). Elle est posée en pal et son corps est entortillé. Ce terme est parfois utilisé comme synonyme de bisse ou couleuvre et donc représenté sans enfant. À rapprocher de bisse, givre, vouivre, vivre et vuivre.
    • D’azur à la guivre d’argent, issante de gueules.
    • Le vieux salon du doyen […] au plafond historié de rocailles et de guivres. — (Nerval, Château de Bohème, 1853, p. 5)
    • Au fond des nuits ! Je sais un grand bois où l’hiver
      Suspend des fruits de glace autour des fleurs de givre,
      Un bois désespéré, paradis de l’enfer,
      Où noir, nu, chaque tronc dort crispé comme un guivre.
      — (Edmond Haraucourt, L’âme nue, 1885, p. 253)
    • D’argent à la guivre d’azur halissant de carnation, qui est de la famille italienne des Visconti → voir illustration « armoiries avec une guivre »
  2. Gargouille.
    • On entendait aboyer les chiens, les guivres, les tarasques de pierre qui veillent jour et nuit. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • Un homme en robe noire, à visage de guivre,
      Se penche, en caressant de la main ses fémurs,
      Sur un lit, comme l’on se penche sur un livre.
      — (Paul Verlaine, La mort de Philippe II)
  3. Bras du moulin, permettant de mettre les ailes au vent.
    • Elle repose sur un ensemble de salles recouvertes par une terrasse dallée à balustrade, terrasse indispensable pour la manœuvre du guivre et l’orientation du moulin.
  4. Chenet en forme d’animal fabuleux.
    • Le pied sur quelque guivre où notre amour tisonne,
      Je pense plus longtemps peut-être éperdument,
      À l’autre, au sein brûlé d’une antique amazone.
      — (Stéphane Mallarmé)
  5. Canal servant à algir la saline à Guérande.

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin vipera (« vipère »), avec influence du germain wipera → voir guipe.

Nom commun Modifier

guivre féminin

  1. Serpent.
    • Dieu amer et chastement vivre,
      Lors me samble serpent et guivre
      Me menjue le cuer el ventre
      Quant l’en en la meson-Dieu entre
      Por regarder aucun malade.
      — (Rutebeuf - Le miracle de Théophile)
  2. Serpent fantastique, dragon.
    • Atout la teste serpentine
      Trencha le bout de la tetine,
      Mais la guivre a terre chaï
      Et Cadors molt bien l’envaï
      Si l’a par pieces detrenchié;
      Ensi a Caradot vengié.
      — (Première continuation du Perceval)
  3. Javelot, flèche, en forme de serpent.
    • Gormund li lance une guivre — (La mort du roi Gormond, édition de Auguste Scheler, p. 20)

Variantes orthographiquesModifier

SynonymesModifier

RéférencesModifier