FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin instinctus, dérivé, avec le préfixe in- de stinguere (« éteindre », originellement « piquer »). Étymologiquement parlant, l’instinct est « ce qui pique ou anime le for intérieur ». (1495) instincte, « impulsion ».

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
instinct instincts
\ɛ̃s.tɛ̃\

instinct \ɛ̃s.tɛ̃\ masculin

  1. Mouvement intérieur qui est naturel aux animaux et qui les fait agir sans le secours de la réflexion pour accomplir des actes conformes à leur espèce et adaptés à leurs besoins.
    • Négligés par les béhavioristes, l’instinct, la pensée, la perception, la complexité des motivations réinterfèrent dans l’étude des comportements et de l’apprentissage qui en dépend. — (Jacques Audinet, Essais de théologie pratique : l’institution et le transmettre, Institut catholique de Paris, Éditions Beauchesne, 1988, p. 150)
    • Chaque espèce a son instinct particulier.
    • Les bêtes se conduisent, se gouvernent par instinct, par pur instinct.
  2. Mouvement intérieur et involontaire auquel on attribue les actes non réfléchis, les sentiments indélibérés ou, par extension, une grande aptitude, une forte propension à quelque chose, en parlant de l’homme.
    • Or savez-vous quels sont ses deux instincts naturels, irrésistibles dans l’ordre psychique ? c’est l’amour et la liberté. Ces deux instincts naturels se sont socialement combattus jusqu’à présent ; il a fallu que l’homme immolât ou plutôt subordonnât l’un à l’autre. — (Alexandre Dumas fils, La Question du divorce, 1880, 12e éd., p. 131)
    • Bert, avec l’obstination convulsive de l’instinct, s’étaya contre les parois, jusqu’à ce que le ballon piquât du nez. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 252 de l’éd. de 1921)
    • Le bon sens, c’est l’instinct des hommes ; or, avez-vous jamais vu des animaux renoncer par système à obéir à leur instinct ? Les bêtes ne sont pas si bêtes. — (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
  3. (Figuré) Penchant spontané.
    • Cette gravité de l’œuvre poursuivie par le prolétariat ne saurait convenir à la clientèle jouisseuse de nos politiciens ; ceux-ci veulent rassurer la bourgeoisie et lui promettent de ne pas laisser le peuple s’abandonner à ses instincts anarchiques. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. V, La Grève générale politique, 1908, p. 223)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • instinct sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • instinct dans le recueil de citations Wikiquote  

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin instinctus.

Nom commun Modifier

instinct \ˈɪn.ˌstɪŋkt\ ou \ˈɪn.ˌstɪŋt\ (pluriel : instincts)

  1. Instinct.

PrononciationModifier

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin instinctus.

Nom commun Modifier

instinct \Prononciation ?\

  1. Instinct.

SynonymesModifier

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 100,0 % des Flamands,
  • 98,7 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]