Voir aussi : merlán

Français modifier

Étymologie modifier

(XVIe siècle)[1] En ancien français merlenc, de merlu avec le suffixe germanique -enc.
Se disait d'un perruquier, et surtout se disait quand les perruquiers étaient blancs de poudre, comme les merlans roulés dans la farine avant d’être frits[2]. Le mot est ensuite passé aux coiffeurs.

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
merlan merlans
\mɛʁ.lɑ̃\
 
Un merlan.

merlan \mɛʁ.lɑ̃\ masculin

  1. (Ichtyologie) Espèce de poisson argenté de 30 à 50 cm vivant dans l’Atlantique nord à proximité des côtes d’Europe occidentale, de nom scientifique Merlangius merlangus.
    • Il déposa le merlan dans un plat pour le four et versa par-dessus le contenu d'un tupperware. — (Scarlet Wilson, Un patron si attirant, traduction en français, Harlequin, 2016)
    • Merlan en colère, merlan frit, présenté dans une position telle qu'il se mord la queue.
       
      Merlan en colère.
    • Merlans en colère […]. Recourbez les poissons et introduisez-leur la queue dans la bouche. Maintenez avec un tour de ficelle. — (Fritures Seb, éd. Sud-Est Publicité, Lyon-Paris, ca 1970)
    • Il travaillait, avec grande conscience, dans l’attente de cette heure méridienne où, sur le prétexte de se sustenter de carottes râpées, de merlan en colère et de fromage blanc, il retrouvait, amoureusement, l’hôtesse. — (Richard Jorif, Le Burelain, éditions François Bourin, 1989, page 58)
    • Les espèces de poissons que l'on trouve dans cette zone sont les poissons pélagiques, le hareng, le maquereau, le brishing, le capelan, les poissons de fond comme la morue, le haddock, le colin, le merlan et les poissons plats, […]. — (La pêche maritime, Éditions maritimes, volume 50, n° 1122 à 1125, 1971, page 733)
    • Faire des yeux de merlan frit, avoir les yeux écarquillés, de manière affectée, ridicule, ne laissant paraître que le blanc de l'œil.
    • Il se frotte le derrière, en faisant la bouche « en cul-de-poule » et les « yeux de merlan frit ». — (Adam, Enf. Aust., 1902)
    1. (Provence) Merlan bleu.
      • Merlan bleu s'est dit pour poisson d’avril, c'est-à-dire maquereau. Quelques étourdis par raillerie m'appelaient merlan bleu, ce qui voulait dire en leur langage [de laquais] poisson d'avril. — (les Maistres d'hostel aux halles, 1670, page 31, dans Charles Nisard, Parisianismes, page 157)
  2. (Coiffure) Coiffeur, perruquier.
    • — Mais ce n’est après tout qu’un merlan ! s’écria Gazonal indigné.
      Merlan ! reprit Bixiou, songez qu’il est capitaine dans la garde nationale et qu’il est décoré pour avoir sauté le premier dans une barricade en 1832.
      — Prends garde, ce n’est ni un coiffeur, ni un perruquier, c’est un directeur de salons de coiffure, dit Léon en montant un escalier à balustres en cristal, à rampes d’acajou, et dont les marches étaient couvertes d’un tapis somptueux.
      — (Honoré de Balzac, Les Comédiens sans le savoir, 1846)
    • Un merlan, qui filait une perruque sur un peigne de fer. — (François-René de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, tome 1, 1848)
    • — Apprenez, monsieur le merlan, répondit-il, qu’un peuple régénéré dédaigne les vaines parures. — (Anatole France, L’Étui de nacre, 1892, réédition Calmann-Lévy, 1923, page 148)
    • Faut que j'vous raconte c'qui m'est arrivé v'là deux heures au coiffeur. J'étais allé me faire raser, et pendant qu'on m'raclait l'cuir, mon voisin s'met à parler l'été pourri qu'on vient d'passer. […]. Antoine, le merlan, s'bidonnait. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Qui dit barbe à la française dit merlan, et qui dit merlan dit Toulon, Marseille ou à la rigueur Aix : ce ne sont pas nos coiffeurs campagnards qui peuvent réussir cette taille délicate. — (Jean Giono, Noël, 1960, in Les Récits de la demi-brigade, page 12)
    • Elle porte une robe de plumes d'oiseaux d'une couleur allant du vert sombre au noir clair. Coiffure élaborée par un merlan pédoque. Tu verrais cette ruche sur sa tronche! La grande Catherine! — (San Antonio, Trempe ton pain dans la soupe, S-A 173, Fleuve Noir, 1999)
  3. (Boucherie) (Cuisine) Pièce de viande de bœuf, très tendre.

Synonymes modifier

poisson (Merlangius merlangus)

Dérivés modifier

Hyperonymes modifier

Hyperonymes modifier

viande de bœuf :

Traductions modifier

Prononciation modifier

Voir aussi modifier

  • merlan sur l’encyclopédie Wikipédia  

Références modifier