Voir aussi : viandé

Étymologie

modifier
(1050) Du latin vivenda devenu en latin tardif vivanda, forme adjective neutre du verbe vivere (« vivre ») signifiant « ce qui sert à la vie ». Le mot s’applique originellement à toute sorte de nourriture et se spécialise progressivement pour ne plus désigner aujourd’hui que certaines nourritures carnées.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
viande viandes
\vjɑ̃d\
 
Différents types de viande.

viande \vjɑ̃d\ féminin

  1. (Cuisine) (Vieilli) Toute nourriture, carnée ou non.
    • C’est viande céleste manger à désjeuner des raisins avecq la fouace fraiche — (Rabelais, Gargantua, chapitre 23)
    • En effet, au bout de quelques minutes, la porte s’ouvrit à double battant, et Capestang effaré vit entrer un officier en grande tenue, l’épée au poing, qui cria : « Les viandes de Sa Majesté ! » — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, collection « Le Livre populaire » no 31, 1907)
  2. (Cuisine) Chair d’un animal utilisée pour la nourriture, y compris celle des coquillages, des crustacés, et des poissons ; par opposition aux nourritures végétales et aux œufs.
    • Cependant ils remarquent une broche bien garnie, souper réservé à quatre officiers. — « Mais il y a des viandes pour huit ; ne pouvez-vous prier ces messieurs de partager ce repas avec deux voyageurs mourant de fatigue et de faim ? » — (Anonyme, Revue littéraire, 1830, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
    • D’un geste auguste, il jetait le chat aux pieds de mam’zelle Geneviève […] et aussitôt, se mettait à le dépecer, gardant la viande pour les mendiants, faisant sécher, au bout d’un bâton, la peau qu’elle vendait aux Auvergnats. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
    • […] au premier symptôme, l’apparition d’un léger œdème prétibial, il fallait cesser toute absorption de viande de conserve et se nourrir exclusivement de légumes conservés ou secs et de viande fraîche. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  3. (Cuisine) (Courant) Chair animale utilisée pour la nourriture, à l’exclusion du poisson et des fruits de mer.
    • C’étaient des restes de bœuf bouilli achetés chez un rôtisseur tant soit peu regrattier, et fricassés au beurre avec des oignons coupés en tranches minces, jusqu’à ce que le beurre fût absorbé par la viande et par les oignons, de manière que ce mets de portier présentât l’aspect d’une friture. — (Honoré de Balzac, Le Cousin Pons, 1847)
    • En effet, plusieurs témoins associent étroitement l’interdiction de consommer de la viande et le refus du sacrifice sanglant. — (Marcel Detienne, « II. Le bœuf aux aromates », Les Jardins d'Adonis. La mythologie des aromates en Grèce, sous la direction de Detienne Marcel. Gallimard, 1972, pages 69-114)
    • Les viandes, poissons et œufs vous apportent des protéines rassasiantes, mais aussi du fer et des vitamines (à consommer 1 à 2 fois par jour). — (Laurence Plumey, Comment maigrir heureux quand on n'aime ni le sport ni les légumes, Éditions Eyrolles, 2016, page 64)
    • En guise d’illustration, la production d’un kilogramme de viande de bœuf requiert en moyenne environ quinze mille litres d’eau, majoritairement constituée d’eau verte (précipitations nécessaires à la croissance des végétaux dont se nourrissent les animaux), et plus de 500 litres d’eau bleue (irrigation des cultures et consommation des animaux) [Mekonnen et Hoekstra, 2012]. — (Boutaud, Aurélien, et Natacha Gondran. « IV. Les perturbations des cycles de l’azote, du phosphore et de l’eau douce : une menace pour la résilience des écosystèmes », Aurélien Boutaud éd., Les limites planétaires. La Découverte, 2020, pp. 56-71.)
  4. (Familier) (Péjoratif) Partie charnue du corps humain.
    • Tout l’été, les touristes exposent leur viande sur les plages.
    • Pour eux, les femmes étaient des pièces de viande, dans lesquelles ils mordaient à pleines dents et qu’ils recrachaient aussi sec si la bidoche n’était pas à leur goût. — (Antoine Bello, Ada, Gallimard, Collection Blanche, 2016, 191)

Synonymes

modifier

Hyponymes

modifier

Vocabulaire apparenté par le sens

modifier

Dérivés

modifier
Définition normalisée :
  • Viandes désigne toutes les parties comestibles d’un animal (mammifère ou oiseau). — (Organisation mondiale de la santé animale, Code sanitaire pour les animaux terrestres : Glossaire, 23e édition, 2014)
  • Viande fraîche désigne les viandes qui n’ont été soumises à aucun traitement modifiant de façon irréversible leurs caractéristiques organoleptiques et physico-chimiques. Elles comprennent les viandes réfrigérées ou congelées, les viandes hachées et les viandes séparées mécaniquement. — (Organisation mondiale de la santé animale, Code sanitaire pour les animaux terrestres : Glossaire, 23e édition, 2014)

Traductions

modifier

Forme de verbe

modifier
Voir la conjugaison du verbe viander
Indicatif Présent je viande
il/elle/on viande
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je viande
qu’il/elle/on viande
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
viande

viande \vjɑ̃d\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe viander.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe viander.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe viander.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe viander.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent du verbe viander.

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier
  • viande sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • viande sur le Dico des Ados  

Étymologie

modifier
Du latin vivenda.

Nom commun

modifier

viande \Prononciation ?\ féminin

  1. Nourriture.
    • Blaunche escrepes. E une autre viaunde, ke ad noun blaunche escrepes. — (British Library, manuscrit additonal 32085, f. 117v. Transcription de Hieatt et Jones)
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)
    • De viande fu replenis — (Roman d’Eneas, ms. 60 français de la BnF, f. 164r. b. Voir replenir.)
      [Le château] fut rempli de nourriture (ici, Eneas prépare son château contre un assaut de Turnus, le fortifiant et le remplissant de nourriture)
  • Selon le Trésor de la langue française informatisé, le sens de « viande » (chair d’un animal que l’on mange) n’apparaît qu’en 1389[1]. Pour la viande, on dit char.

Variantes

modifier

Dérivés dans d’autres langues

modifier

Références

modifier
  1. viande (étymologie) dans le Trésor de la langue française informatisé