patibulaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Adjectif construit sur le substantif latin patibulum (« croix », « potence », « perche »).

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
patibulaire patibulaires
\pa.ti.by.lɛʁ\

patibulaire \pa.ti.by.lɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui concerne le gibet, qui est destiné à servir de gibet.
  2. Relatif à une personne qui semble digne de la potence, d’être pendu.
  3. (Par extension) Dont on se méfie, qui semble suspect.
    • Nos hôtes avaient des figures légèrement patibulaires ; mais depuis longtemps, nous n’y prenions plus garde, accoutumés à des physionomies plus ou moins rébarbatives. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Il y avait là deux popes à grands cheveux de femme, couverts de sordides oripeaux dorés, sales, patibulaires. — (Pierre Loti, Aziyadé, 1879)
    • Le quartier où tous les dix mètres un grand noir patibulaire vous tendait un paquet de mouchoirs frappé de l’image d'une fille en cuir ou en bikini avec, au dos, le plan d'accès vers un bar à hôtesses. — (Jean-Philippe Depotte, Le chemin des dieux, Éditions Denoël, 2013)
    • Aux truands des triades (chinoises, hongkongaises, taïwanaises), à la mafia russe aux yakusa, aux prostituées de toute nationalité et aux patibulaires de tout acabit, en passant par les trafiquants de haut vol, s’ajoutèrent les agents de la CIA à la suite de l’ouverture des casinos américains — (Philippe Pons, Corée du Nord, un État-guérilla en mutation, Gallimard, coll. « La Suite des temps », avril 2016, page 303 ISBN 9782070142491)

SynonymesModifier

DérivésModifier

PrononciationModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier