FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIIe siècle) Depuis le moyen français rayer, de l’ancien français roier. Dérivé de raie, de l’ancien français reye (« raie ») (voir le gallois rica et le bas-latin riga), avec le suffixe -er.

Verbe Modifier

rayer \ʁe.je\ ou \ʁɛ.je\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Marquer d’une ou de plusieurs raies,
    • Sur la rue, la maison présentait cette façade de moellons ravalée en plâtre, ondée par le temps et rayée par le crochet du maçon de manière à figurer des pierres de taille. — (Honoré de Balzac, Les Petits Bourgeois, 1844, version écrite par Balzac d’un roman inachevé, repris ensuite par un autre auteur)
  2. Effacer, raturer, faire une raie, passer un trait de plume sur ce qui est écrit.
    • Il faut rayer cette clause, ce mot, cette phrase.
    • On a rayé cet article sur son compte.
    • On l’a rayé, on a rayé son nom des contrôles de l’armée, du tableau des avocats, de la liste des électeurs, etc.
  3. (Sens figuré) Supprimer, retirer, éliminer.
    • Rayer une idée de ses pensées.
    • (Sens figuré) Rayez cela de vos papiers, se dit pour faire entendre à quelqu’un qu’il ne doit pas compter sur quelque chose.

SynonymesModifier

Faire un trait sur ce qui est écrit :

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier


ParonymesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

Verbe Modifier

rayer \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Variante de raier.

RéférencesModifier