Voir aussi : Rune, runé

Étymologie

modifier
(XVIIe siècle) Du vieux norrois rún (« rune »), par divers intermédiaires[1], où ce mot signifiait « secret murmuré » et « connaissance cachée »[2],[3]. Mais l'origine plus ancienne du mot rune demeure incertaine[4].
L'hypothèse majoritaire est qu'il viendrait du proto-celtique (puis du proto-germanique qui l'aurait importé tel quel) *rūno- qui signifiait « secret, mystère, incantation, savoir secret, magie »[3], [*forme reconstituée].
On retrouve des variantes de ce mot avec des sens proches dans la plupart des langues celtiques et germaniques (dont : langues scandinaves) anciennes ou plus récentes. Toutes convergent vers l'idée que les runes constituent un système initiatique lié à la parole, d'où le composé gaulois *comrunos, ou cobrunos « confident, initié (dans le secret) »[5], [*forme reconstituée].
Une autre hypothèse a également été avancée : le mot pourrait venir d'une racine indo-européenne signifiant « creuser », en accord avec le fait que les runes étaient gravées[4].

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
rune runes
\ʁyn\
 
Alphabet original des runes nordiques proto-germaniques, ou « vieux futhark » à 24 lettres organisées en trois ættir (familles) de 8 runes.

rune \ʁyn\ féminin

  1. Caractère de l’ancienne écriture scandinave, ou même proto-germanique.

    N.B. : - L'écriture runique est le plus ancien système connu d'écriture des langues germaniques orientales et septentrionales. Les plus anciennes inscriptions datent du IIe siècle ap. J.-C. (mais certaines pourraient dater de la première moitié du Ier siècle)[4].
    - Elle est globalement déchiffrée et lue, mais certaines inscriptions — probablement codées ou lacunaires — posent encore des problèmes de déchiffrement[6],[7].
    - Cela d'autant plus qu'elle a d'abord servi à retranscrire une langue aujourd'hui disparue (et reconstruite : le proto-germanique), qu'elle a servi ensuite à transcrire plusieurs langues parentes mais différentes.
    - De fait il existe plusieurs types et formes de runes, avec des variantes régionales, et qui ont évolué dans l'histoire, même si leur parenté est avérée et évidente : il existe ainsi des « runes proto-germaniques puis germaniques » ou vieux fuþark à vingt-quatre signes, des « runes cryptiques » (dont des « runes de substitution », et d'autres « runes à crochets », dites aussi hahalrunar « runes-chaudron »), et des « runes scandinaves » (ou fuþark à 16 signes, dont une « variante de Rök » : kortkvistrunar « runes à branches courtes »)[8], et même une variante « sans brindilles ».
    - À chacun des caractères de cet alphabet étaient associées et attribuées certaines vertus magiques[9].
    • Tu n'ignores pas la vertu des runes
      Ni le pouvoir des signes tracés sur les lames
      — (Anatole France, Le Mannequin d'osier, 1897, p. 86)
    • il entend la parole étrange,
      le dire, les chants chamarrés,
      les runes mieux chantées, parées
      dans les prés de Väinölä,
      les landes du Kalevala.
      — (Elias Lönnrot, Le Kalevala, Chant 3 — Traduction de Gabriel Rebourcet)
    • Les runes n'ont point seulement une valeur graphique : comme les surates du Koran ou comme le carmen, elles ont un pouvoir mystérieux. Tout cède à l'influence de leur vertu magique : elles dissipent l'orage, domptent les flammes, guérissent les maladies, raniment les morts..., et miracle plus grand, inspirent une tendresse nouvelle au cœur qui ne voulait plus aimer. — (Louis Énault, La Norvège, 1857)
    • De nombreuses inscriptions, difficiles à déchiffrer, se prêtent d'ailleurs à une interprétation relevant d'un usage magique des runes. Certaines laissent entrevoir une caste de prêtres-magiciens, capables de conférer un pouvoir magique aux objets par le simple fait d'y graver leur nom. Ces maîtres des runes se désignent quelques fois sous le nom d'erilaR, terme dont la signification demeure incertaine, parfois rapproché du nom d'un peuple, les Hérules, parfois apparenté au titre scandinave jarl, mais interprété comme désignant un magicien, un prêtre, ou les deux à la fois. Les runologues contemporains mettent toutefois en garde contre la tentation d'attribuer une signification magique à toute inscription obscure, soulignant que la valeur magique des runes n'est attestée que de façon marginale, même si les runes peuvent, comme tout système d'écriture, être utilisées pour écrire des formules magiques. Les inscriptions indéchiffrables peuvent tout aussi bien être attribuées à des artisans insuffisamment lettrés. — (Frédéric Vincent, « Runes et inscriptions runiques », Fafnir – L'encyclopédie de la Scandinavie médiévale, 2018, § 5)[4].

Dérivés

modifier
apparenté par le sens
modifier
  • futhark (ou fuþark) : alphabet runique

Traductions

modifier

Forme de verbe

modifier
Voir la conjugaison du verbe runer
Indicatif Présent je rune
il/elle/on rune
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je rune
qu’il/elle/on rune
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
rune

rune \Prononciation ?\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de runer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de runer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de runer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de runer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de runer.

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier

Références

modifier
  1. « rune », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971–1994 → consulter cet ouvrage
  2. (français) Isabelle Duvivier, Les insolites de nos rues : les runes et leur mystérieuse symbolique sur Nord Découverte, 2017. Consulté le 07/11/2023.
  3. a et b (anglais) Nordic Names : element RUN sur nordicnames.de. Consulté le 07/11/2023.
  4. a b c et d (français) Frédéric Vincent, Runes et inscriptions runiques sur fafnir.fr, 2018. Consulté le 07/11/2023.
  5. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux-celtique continental, Errance, collection « des Hespérides », 2003, ISBN 2-87772-237-6, page s 122-123, 262.
  6. (français) Emma Groeneveld, traduite par Babeth Étiève-Cartwright, Runes sur World History Encyclopedia, 2018. Consulté le 07/11/2023.
  7. (français) Idavoll, Norvège - Un ancien code runique enfin décrypté sur idavoll.fr, portail de ressources francophone sur l'âge Viking, 2015. Consulté le 07/11/2023.
  8. Alain Marez, « Le sens véritable de la formule <sakumukmini> sur le monument de Rök », dans Études Germaniques (n° 251), 2008/3 [texte intégral]. Consulté le 07/11/2023.
  9. (français) CNRTL, Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, entrée “rune” sur cnrtl.fr, 2012. Consulté le 07/11/2023.

Étymologie

modifier
Du vieux norrois rún (« rune »).

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
rune
\Prononciation ?\
runes
\Prononciation ?\
 
Anglosaxon runes

rune \Prononciation ?\

  1. Rune.

Synonymes

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Étymologie

modifier
Dérivé de run (la préposition de même mais sens lorsqu’il y a mouvement).

Préposition

modifier

rune \ˈrunɛ\ ou \ˈrune\

  1. À l’entrée de, au début de (sans mouvement).

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Références

modifier
  • « rune », dans Kotapedia