Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De traîner avec le suffixe -eur.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
traîneur traîneurs
\tʁɛ.nœʁ\

traîneur \tʁɛ.nœʁ\ masculin (pour une femme on dit : traîneuse) (orthographe traditionnelle)

  1. Celui qui traîne quelque chose.
    • Traîneur de sabre, soudard.
    • […] les traîneurs de savates à teint bronzé et longue chemise de nuit ; […] — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 139.)
  2. Chasseurs au traîneau.
    • Les gardes-chasse ont pris des traîneurs dans la plaine.
  3. Soldats qui demeurent en arrière de la troupe avec laquelle ils doivent marcher. Dans ce sens on dit plutôt traînard.
    • Je vis un jour plusieurs magistrats nommés lexiarques, qui marchoient dans les rues, tenant une corde teinte d’écarlate, tendue d'une maison à l'autre. Ils poussaient le peuple devant eux, pour l'obliger de se rendre à l'assemblée. Si la corde marquoit de rouge quelque traîneur, il étoit condamné à l'amende. — (E.-F. Lantier, Voyages d'Anténor en Grèce et en Asie, Paris : chez Belin & chez Bernard, 2e édition revue, an VI, tome 1er, p.5))
    • Le commandant en chef répartira les bâtimens de l’escorte de manière à empêcher ' que les navires du convoi ne s'écartent, qu'aucun bâtiment étranger ne s'introduise parmi eux pendant la nuit, et que la remorque puisse être donnée promptement aux traîneurs. — (« Ordonnance du Roi sur le service des Officiers, des élèves et des maîtres, à bord de bâtiments de la Marine royale (bull. 199, n° 7581) », du 31 octobre 1827, point 112, dans Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlemens,… , par J. B. Duvergier, tome 27, 2e éd., Paris : chez A. Guyot & Scribe, 1838, p. 408)
  4. (Chasse) Chiens qui ne suivent pas le gros de la meute.
  5. (Figuré) Celui qui erre , qui traîne.
    • Et de par le roi, le cri fut fait à son de trompe, par tous les carrefours, que les aventuriers, gens de peu, faux mendiants et traîneurs de rues, vidassent les lieux, sur peine de la hart. — (Marcel Schwob, Les Boute-feux, dans Cœur double, Éditions Ollendorff, 1891, p. 196)

Variantes orthographiquesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier