ArabeModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.
Ce qui est considéré comme inviolable ou intouchable prend de se fait un caractère sacré : question d'honneur (حُرْمَةٌ (Hurm@ũ) (« chose sacrée »)) on s'interdit soi-même de le toucher, avant de l'interdire, d'où ce lien entre sainteté et interdiction. Ce lien entre interdiction et sacré est très présent en islam ou dans le judaïsme (dans le christianisme, au contraire, le Christ a eu une réalité tangible). De l'idée d'interdiction découle celle de حَرِمٌ (Harimũ) (« échec ») ou حَرْمٌ (Harmũ) (« désespoir »), حِرْمَانٌ (Hirmânũ) (« déception ») et autres frustrations.
Le lien avec le désir sexuel, spécifiquement féminin, n'est pas clair. Ce peut être primitivement l'extase sexuelle atteinte dans des hiérogamies d'un culte de déesse-mère, qui relie alors les notions de désir et de sacré. Ce peut inversement être une interdiction faite à la femme de donner libre cours à ce désir, qui relie alors les notions de désir et d'interdiction ou de frustration (voir حِرْمَةٌ (Hirm@ũ)). Prise littéralement, cette assimilation sémantique peut alors faire paraître l'excision comme une nécessité raisonnable (voir حَرُومٌ (Harûmũ) (« femelle non fécondée »)).
Significativement, ceux qui ne respectent pas le حُرُمَةٌ (Hurum@ũ) (« précepte divin ») sont حَرَامِيٌّ (Harâmiy²ũ) (« brigand »), rejetés de la société des مُسْلِمٌ (muslimũ) (« qui préserve ; qui se résigne ; musulman »). Inversement, il est curieux que حُرُمَةٌ (Hurum@ũ) (« précepte divin ») soit formellement un singulatif de حُرُمٌ (Hurumũ) (« femmes »).

Radical Modifier

ح ر م
  1. interdire

Dérivés de ح ر مModifier

RéférencesModifier