Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom) (Date à préciser) Ethnonyme : voyez Arabe.
(Adjectif) (Date à préciser) Adjectivation du substantif en remplacement de arabique aujourd’hui largement désuet.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
arabe arabes
\a.ʁab\

arabe \a.ʁab\ masculin

  1. (Linguistique) Langue sémitique parlée autrefois par les bédouins d’Arabie et, en particulier, par le prophète Mahomet. Synonymes : arabe littéraire, arabe classique.
    • […], enfin Moussa, jeune Nigérien, bavard et sympathique. Il fera ma cuisine et me servira d’interprète dans ce pays où l'on parle le haoussa principalement et d'autres dialectes, mais non l’arabe, à part quelques chefs et quelques marabouts. — (Louis Alibert, Méhariste, 1917-1918, Éditions Delmas, 1944, page 23)
    • Les Abbassides encouragèrent plus encore une civilisation cosmopolite, dont Bagdad fut le centre et l’arabe la linga franca. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
  2. Dialecte local de cette langue parlé au Proche-Orient et dans le nord de l’Afrique.
    • L’arabe égyptien.
  3. Langue ou chose incompréhensible. Synonymes : hébreu, chinois.
    • Pour moi, tout ça, c’est de l’arabe.

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

HyperonymesModifier

Alphabet arabe :

HyponymesModifier

Alphabet arabe 

TraductionsModifier

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
arabe arabes
\a.ʁab\

arabe \a.ʁab\ masculin et féminin identiques

  1. (Géographie) Relatif à l’Arabie.
    • La ville arabe de Djeddah.
  2. Originaire d’Arabie.
    • Quelle différence, en effet, entre le cheval arabe léger, vif, sanguin, et les gros chevaux du Danemarck, du Hanovre, de la Hollande et de la Normandie aux formes lourdes et empâtées et au tempérament essentiellement lymphatique. — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • On ne présente plus le pur-sang arabe. Sa beauté, son charisme et toutes les légendes qui s’y rattachent en font un cheval à part. — (Laetitia Bataille, Races équines de France, France Agricole Éditions, 2008, p. 35)
  3. Relatif aux pays du Moyen-Orient ou de l’Afrique du Nord où la langue arabe est parlée comme langue maternelle, ou à leurs habitants.
    • […], Fès, la capitale, la cité sainte de Moulay Idris, avec ses rues pleines d'ombre et de mystère, ses souqs grouillants de monde, tout le charme et le pittoresque de la vie arabe conservée dans toute son intégrité, […]. — (Maurice de Périgny, Au Maroc : Fès, la capitale du Nord, Paris : chez Pierre Roger & Cie, 1917, p. 23)
    • Un jour dans Fez, le Capitaine de Latte s’arrête à l’éventaire d’un marchand de sucreries arabes. — (Michel Droit, De Lattre, maréchal de France, Pierre Horay, éditions de Flore, 1952, p. 21)
    • Cette Afrique où il était venu volontairement lui apparaissait encore comme un monde presque chimérique, inconnu profondément, et le peuple arabe, par toutes les manifestations extérieures de son caractère, le plongeait en un constant étonnement. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Quant aux mots arabes entrés dans le français de France, ils ont transité par un parler désormais éteint du fait du départ des Français, le pataouète, parler des quartiers populaires d'Alger. — (Françoise Gadet & ‎Ralph Ludwig, Le français au contact d'autres langues, Éditions Ophrys, 2014, page 87)
  4. Relatif à l’écriture utilisée pour transcrire la langue arabe et d’autres langues comme le persan ou l’ourdou, ainsi qu’à son alphabet.
    • L’écriture arabe.
    • L’alphabet arabe.
  5. Relatif à la civilisation qui a connu son apogée au Moyen Âge dans les domaines artistiques et scientifiques.
    • L’Occident doit beaucoup à la science arabe.
    • Les chiffres arabes.
    • La calligraphie arabe.
  6. (Par extension) (Souvent péjorativement) Musulman.
  7. (Politesse) (Désuet) Qui s’occupe de la colonie française algérienne.
    • Le Bureau arabe était une institution créée en Algérie, à l’époque coloniale, et composée d’officiers qui s’occupaient de l’administration et de la politique menée dans ce pays.

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

arabe \Prononciation ?\ masculin

  1. Arabe (langue).

VariantesModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier

EspérantoModifier

ÉtymologieModifier

De arabo (« Arabe ») et -e (terminaison des adverbes).

Adverbe Modifier

arabe \a.ˈra.be\

  1. À la manière arabe.
  2. En langue arabe.
    • Libro skribita arabe. Un livre écrit en arabe.

PrononciationModifier

GalloModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
arabe arabes
\Prononciation ?\

arabe \Prononciation ?\ masculin et féminin identiques (graphie ABCD)

  1. Arabe (qui est relatif aux pays, aux peuples et civilisations, à la langue).

Nom commun Modifier

Invariable
arabe
\Prononciation ?\

arabe \Prononciation ?\ masculin invariable (graphie ABCD)

  1. (Linguistique) Arabe.

RéférencesModifier

  • Régis Auffray, Le Petit Matao, Rue des Scribes, 2 novembre 2007, Broché, 1000 p. ISBN 978-2906064645, p. 90

OccitanModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Adjectif Modifier

arabe \Prononciation ?\

  1. (Géographie) Arabe.

Nom commun Modifier

arabe \Prononciation ?\ masculin

  1. Arabe (personne).

PrononciationModifier