Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin Hebraeus, issu du grec ancien Ἑβραῖος, Hebraîos (« Hébreu »), de l’araméen ibrāy dérivé de la racine hébraïque עברי, ʿIḇrî (« traverser, passer ») lié au fait que le peuple était connu comme « ceux qui venaient de l’autre côté du Jourdain ».

Nom commun Modifier

L’abjad de l’hébreu.

hébreu \e.brø\ masculin invariable

  1. Langue sémitique, langue officielle d’Israël.
    • La langue hébraïque était ici l’instrument capital, puisque, des deux Bibles chrétiennes, l’une est en hébreu et que, même pour le Nouveau Testament, il n’y a pas de complète exégèse sans la connaissance de l’hébreu. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 164.)
    • L’étude de l’hébreu est, par ses leçons, singulièrement facilitée. Je suis tombé de surprise quand je me suis trouvé en présence de cette langue si simple, sans construction, presque sans syntaxe, expression nue de l’idée pure, une vraie langue d’enfant. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 165.)
    • Ben Yehuda fonde la première famille hébréophone du monde moderne, ayant pris la décision d’élever en hébreu les enfants que lui donne son épouse, rencontrée autrefois à Polotsk. — (Claude Hagège, Halte à la mort des langues, Éditions Odile Jacob, 2000, p. 309)
    • Tandis qu'un banquier néoplatonicien régnait sur Florence, le jeune comte de Concordia, Pic de la Mirandole (1463-1494), s'initiait à l’hébreu, à l'araméen et se faisait traduire par l'énigmatique Flavius Mithridate, juif sicilien […]. — (Chaim Wirszubski, Pic de la Mirandole et la cabale, traduction de Jean-Marc Mandosio, Paris & Tel-Aviv, Éditions de l’Éclat, 2007)
  2. (Familier) Ce qu’on se reconnaît incapable de comprendre.

Apparentés étymologiquesModifier

SynonymesModifier

Chose incompréhensible :

HyponymesModifier

Langue :

TraductionsModifier

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
hébreu hébreux
\e.brø\

hébreu \e.brø\ (voir la note à propos du genre de cet adjectif) (genre à préciser : {{m}}, {{f}}, {{mf}}, {{n}} ?)

  1. Relatif au peuple hébraïque (les Hébreux), à sa langue ou à sa culture.
    • Un servant hébreu de Pharaon.
    • Alors le roi d’Égypte ordonne aux sages-femmes hébreues de tuer les garçons au moment de leur naissance. — (Revue de théologie et de philosophie‎, 1885, page 24)
    • […] les poètes hébreux ont chanté un espoir de revanche qui existait au cœur de persécutés ; mais jusqu’au second siècle de notre ère les Juifs ont demandé cette revanche aux armes […] — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La Morale des producteurs, 1908, p. 339)
    • Un livre hébreu.
  2. Relatif à Israël.
    • L’État hébreu.

NotesModifier

Selon la Grammaire supérieure formant le résumé et le complément de toutes les études de Pierre Larousse, le féminin ne s’utilise que pour les personnes ; selon d’autres grammairiens Référence nécessaire, la forme féminine est entièrement proscrite. On utilisera alors, selon le contexte, juive, hébraïque ou israélite.
Notons cependant l’existence et l’usage (rare) de hébreue (« la mafia hébreue ») ou hébreuse (« une écriture hébreuse »).

SynonymesModifier

Relatif au peuple des Hébreux, à sa langue, à sa culture :
Relatif à Israël :

DérivésModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier