FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Verbe 1) (Date à préciser) Dérivé de botte avec le suffixe -er. Référence nécessaire
(Verbe 2) (Date à préciser) Dérivé de bot avec le suffixe -er. Référence nécessaire

Verbe 1 Modifier

botter \bɔ.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se botter)

  1. Frapper à l’aide du pied.
    • Comme il a pris son billet d'avion au dernier moment, ça lui aura coûté un bras, voire les deux, et ça lui fera les pieds. Tu ne peux pas lui botter l'arrière-train, mais tu peux le botter au porte-monnaie. — (Julia London, Un parfait arrangement, traduit de l'anglais (USA) par Véronique Fourneaux, éd. J'ai Lu, 2017, chap. 9)
    • Elle se dandine vers moi, elle prend son élan et me botte la tronche comme si j’étais un ballon de football. — (Peter Cheyney, Les femmes s’en balancent, traduction de Michelle et Boris Vian, Gallimard, 1949, page 164)
  2. (Argot) Plaire.
    • Et pour midi, ça vous botterait un restaurant ?
    • Son exaltation du don total ne me bottait pas davantage, quand on aime un homme on accepte tout de lui, disait-elle, on mangerait sa merde. — (Annie Ernaux, La femme gelée, 1981, réédition Quarto Gallimard, page 363)
  3. Pourvoir quelqu’un de bottes, soit en les lui fabriquant, soit simplement en les lui vendant.
    • Quel est le cordonnier qui vous botte ?
    • Je me suis botté à ce magasin.
  4. (Transitif) Chausser quelqu’un de bottes.
  5. (Vieilli) Amasser de la terre ou de la neige sous les semelles de ses chaussures ou sous ses skis.
    • Botter est pénible et dangereux : les skis n'avancent plus, les pointes des crampons n'ancrent plus dans la neige glacée. — (Sylvain Jouty, Hubert Odier, Dictionnaire de la montagne, Éd. Omnibus, 2009)
  6. (Transitif) (Québec) (Vulgaire) (Par extension) Faire l'amour à, copuler avec (se dit en général d'une femme).
    • Ça faisait longtemps qu'on s'était vus, elle et moi. Depuis ma dernière job au chantier de la Manicouagan. Alors, en revenant en ville, je l'ai bottée toute la nuit comme un étalon. Et puis, elle aime ça se faire botter par les soirées froides du mois de janvier. Ça la rend toute sentimentale.
    • [...] Ou, plutôt, je lui ai dit ce que je pensais d'elle et elle m'a lancé un coup de pied. — Aïe. — Ne te fais aucun souci, je l'ai bottée aussi. Heidi se mit à rire. — Ça, ça m'étonnerait ! — (Susan Mallery, Aux premiers jours de l'été: T1 - Une saison à Fool's Gold, Harlequin, 2012)
  7. (Pronominal) Se chausser de bottes.
    • Je vais me botter.

SynonymesModifier

TraductionsModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Verbe 2Modifier

botter \bɔ.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Informatique) Utiliser un bot.
    • Comment botter sur Dofus. — (« Comment botter sur Dofus », WikiHow)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

AfrikaansModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

botter

  1. Beurre.

PrononciationModifier

GalloModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe Modifier

botter \Prononciation ?\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (graphie inconnue)

  1. Variante en graphie inconnue de boter (graphie ABCD).

RéférencesModifier