Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dérivé de cochon avec le suffixe -erie.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
cochonnerie cochonneries
\kɔ.ʃɔn.ʁi\

cochonnerie \kɔ.ʃɔn.ʁi\ féminin

  1. Malpropreté.
    • Cet homme est d’une cochonnerie dégoûtante.
  2. Chose sale, gâtée, ou sans valeur.
    • Jetez toutes ces cochonneries.
    • Que voulez-vous faire de ces cochonneries ?
    • Ce marchand ne vend que de la cochonnerie.
    • Le seul rôle parfaitement anodin qu’à ma connaissance ait joué Tante Lise est celui de la brave campagnarde Toinette dans Le Chemineau, la pure et simple cochonnerie du compositeur Xavier Leroux (à longues moustaches tziganes comme mon directeur d’école alsacien) et du « poète » Jean Richepin. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 97.)
    • Toute l'écriture est de la cochonnerie. — (Antonin Artaud, Le Pèse-nerfs, dans Oeuvres complètes, I, Paris, Gallimard, 1954, p. 120)
    • Et il lance l'objet de sa frustration contre le mur.
      – Ostie de cochonnerie!
      — (Patrick Senécal, Hell.com, Éditions Alire, Québec, 2009, p. 013.)
    • Elle s'était juré qu'elle ne fumerait plus de cette cochonnerie-là. — (David Goudreault, La bête à sa mère, Stanké, 2015, p. 46.)
  3. (Familier) (Figuré) Action ou propos grossier, indécent et qui répugne.

SynonymesModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier