défoncer

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du préfixe privatif dé- avec fond et le suffixe verbal -er.

Verbe Modifier

défoncer \de.fɔ̃.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se défoncer)

  1. Dégarnir de son fond.
    • Défoncer un tonneau, une caisse.
    • D’un coup de poing, il lui défonça son chapeau.
    • Il eut le crâne défoncé par la chute d’une tuile.
  2. (Agriculture) Remuer la terre jusqu’à une certaine profondeur, en vue de la diviser, de l’ameublir, d’augmenter l’épaisseur de la couche végétale, ou la débarrasser, la nettoyer des mauvaises herbes.
  3. (Par analogie) Creuser des trous, des ornières.
    • La pluie a défoncé la route.
  4. (Par extension) Détruire, abîmer quelque chose.
    • D’une lente pression du pouce le piégeur défonçait le bréchet. L’œil se ternissait, le col mollissait… — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • En quelques années, les camions ont complètement défoncé cette route.
    • Pour construire le parc il faudra commencer par défoncer le macadam.
  5. (Par extension) (Familier) Rouer de coups, casser la figure.
  6. (Vulgaire) Baiser.
    • — Bah ! Il est moins important maintenant de voir défoncer sa gosse que sa voiture. Si tu t'inquiètes, on te trouve inquiétant : Œdipe rôde et le cochon, c'est toi. — (Hervé Bazin, Cri de la chouette, Grasset, 1972, réédition Le Livre de Poche, pages 97-98)
    • Il lui a défoncé le cul.

se défoncer pronominal

  1. (Familier) Fournir un effort extrême.
    • Cette année il s’est défoncé (dans son travail).
    • On s’est défoncés cet après-midi au terrain de sport.
  2. (Familier) Se rendre ivre avec une drogue.
    • Ce soir j’ai envie de me défoncer la tête.

SynonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

HomophonesModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier