Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIIe siècle) Dérivé de dinde avec le suffixe diminutif -on, signifiant à l’origine « dindonneau ». Des auteurs du XIXe siècle ont écrit :
Dindon. Substantif masculin. L’Académie l’explique par coq-d’Inde. Cette explication n’est pas exacte. Un dindon n’est pas proprement ce qu’on appelle un coq-d’Inde. Ce mot signifie un dinde de l’année, qui a acquis toute sa croissance.[1]

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
dindon dindons
\dɛ̃.dɔ̃\
 
Un dindon mâle. (1)

dindon \dɛ̃.dɔ̃\ masculin (équivalent féminin : dinde)

  1. Gros oiseau de basse-cour, de la famille des gallinacés et dont la queue est assez analogue à celle du paon, de nom scientifique Meleagris gallopavo.
    • On l’a envoyé garder les dindons.
  2. Viande de cette volaille.
    • Les mâles étant deux fois plus costauds que les femelles, en guise de dinde, l’agroalimentaire nous fait avaler du dindon. — (Le Canard enchaîné du 26.12.2018, Qui veut la peau de la dinde ?)
  3. (Familier) (Vieilli) Homme niais, facile à duper.
  4. (Soutenu) (Rare) Personnage prétentieux.
    • On le revoyait à l’Opéra, avec son habit bleu, sa canne dont il disait — le dindon — que la pomme avait été ciselée dans l’or fondu des bracelets de ses amies… — (Octave Mirbeau, La Mort de Balzac, 1907)

NotesModifier

Au pluriel, dindons s’applique aussi bien aux femelles qu’aux mâles : troupeau de dindons, garder les dindons.

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

HyperonymesModifier

HyponymesModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • dindon sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

  1. Jean-Charles Laveaux et Charles Joseph Marty-Laveaux, Dictionnaire raisonné des difficultés grammaticales et littéraires de la langue française, vol. 1, 1822, p. 371