FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

D’une onomatopée. Apparait à l’écrit, en 1662 comme interjection exprimant la contrariété, l’irritation chez Molière, dans L’École des femmes (acte II, scène 2).

Interjection Modifier

euh \ø\ ou \œ\

  1. Interjection qui marque le doute, l’incertitude, l’étonnement ou une certaine contradiction.
    • Euh ! Avait-il fait cela ?
    • « Sus à l’ennemi !
      — Oui. Sis à l’ennemu ! Euh… à l’ennemi ! Çonfons ! Euh… Fonçons ! »
      — (Blanche-Neige et les Sept Nains, 1937)
    • « Qu’est-ce qui est petit, rond, vert, et qui va très vite ?
      Euh… Je ne sais vraiment pas.
      — Un chou de Bruxelles accroché à la queue d’un avion. »
      — (Téléchat, épisode 122)
  2. On s’en sert encore, et plutôt en la redoublant, pour laisser entendre ce qu’on ne veut pas exprimer.
    • Comment est-il dans ses affaires ?
      Euh !
    • Euh… Ah oui ?
    • Euh… Des menaces ?
    • Euh… Allez-y vous !
    • Euh… T’as des congés ?

TraductionsModifier

PrononciationModifier

  • \ø\,\œ\(La durée du son est plus longue que dans « eux » ou « œufs ».)
  • France (Île-de-France) : écouter « euh [ø] »
  • France (Vosges) : écouter « euh [Prononciation ?] »


HomophonesModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier