FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1) (fin du XIIe siècle) Dérivé régressif de l’ancien français osiere (cf. wallon wèzîre), du bas-latin auseria, « lit d’osiers, groupe d’arbres », attesté au VIIe siècle, latinisé de l’ancien bas francique *halster « saule, osier », correspondant au néerlandais halster, bas-allemand Halster, Hilster.
(Nom commun 2) (XXe siècle) → voir oseille.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
osier osiers
\o.zje\

osier \o.zje\ masculin

  1. (Botanique) Petit saule dont les jets ou scions sont fort pliants et propres à faire des liens, des paniers.
    • N’oublions pas de mentionner ici l’osier qui croit dans quelques parties du centre et du sud-est du département ; c’est une plante qui vient très-bien dans les terres humides et marécageuses, qui demande peu de soins et qui est d’un très-bon rapport. On l’utilise dans le pays de Vouziers pour la vannerie. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 103)
    • On nomme osier les espèces de saules dont les rameaux longs et flexibles sont coupés chaque année pour tresser des paniers. — (Nathalie Tordjman, Le Saule, Actes Sud, coll. Le nom de l’arbre, 1996, p. 20)
  2. Jet ou scion de cet arbrisseau.
    • (Autrefois), De nombreux objets utilitaires étaient en osier : les hottes des vendangeurs, les berceaux des enfants, les ruches, les paniers à linge, à légumes, à fruits, à poissons, rectangulaires ou arrondis, avec un ou deux couvercles, les paniers pour transporter les volailles, les nasses pour la pêche, etc. — (Nathalie Tordjman, Le Saule, Actes Sud éd. (Le nom de l’arbre), 1996, p. 70)
    • Tu es la reine des poissons… Mais je saurai bien te prendre à un certain jour de la semaine, et tu périras dans l’osier…, dans l’osier ! — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Chansons et légendes du Valois, 1854)
    • Heureusement, lorsque Tord-Chêne voulut, en se faisant aider de son neveu, tirer de l’eau la nasse d’osier, celui-ci reconnut le beau poisson rouge à écailles d’or qu’il avait vu en rêve […]. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Chansons et légendes du Valois, 1854)
    • Le point de départ de cette pandémie, c’est un marché ouvert de Wuhan dans lequel s’accumulent des animaux sauvages, serpents, chauves-souris, pangolins, conservés dans des caisses en osier.— (Tara Schlegel, Didier Sicard : "Il est urgent d'enquêter sur l'origine animale de l'épidémie de Covid-19", France Culture, 27 mars 2020)
    • Une botte d’osier.
    • Lier avec de l’osier.
    • Tordre de l’osier.
    • Un panier d’osier.
 
Un osier blanc (Salix alba), arbre cultivé pour produire de l’osier.
 
Un panier en osier.

Apparentés étymologiquesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
osier osiers
\o.zje\

osier \o.zje\ masculin

  1. (Argot) (Populaire) (Vieilli) Argent.
    • — De quoi ? Qu’est-ce qu’il me demande ?
      — Du quibus…
      — Du quibus ! Écoute, baderne, ton argot est aussi démodé qu’un pater noster… Voilà l’artiche, mon pote…
      — Moi je dis l’osier.
      — (Boris Vian, Le Goûter des généraux, 1951. Le Livre de Poche, 2008, p.135.)
    • T’as de l’osier ?

PrononciationModifier

HomophonesModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du français osier.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
osier
\ˈoʊ.ʒɚ\
ou \ˈəʊ.zɪəʳ\
osiers
\ˈoʊ.ʒɚz\
ou \ˈəʊ.zɪəz\

osier \ˈəʊ.zɪəʳ\ (Royaume-Uni) ou \ˈoʊ.ʒɚ\ (États-Unis)

  1. (Botanique) Osier.