Étymologie

modifier
De l’ancien français scion.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
scion scions
\sjɔ̃\

scion \sjɔ̃\ masculin

  1. (Agriculture) Petit brin, petit rejeton tendre et très flexible d’un arbre, d’un arbrisseau.
    • Tout comme moi, vous êtes très ignorants en matière de greffe, greffon, plantard, rejet surgeon et autres scions… nous ne savons ni bouturer, ni marcotter, ni provigner… mais s’il y a une chose que nous savons, dans ce domaine, une seule, mesdames et messieurs… — (Daniel Pennac, Monsieur Malaussène, Gallimard, 1995, page 420)
    • Les fleurs [du noyer] sont monoïques, en chatons : les mâles, sessiles et pendantes, de couleur vert-brun, longues d'une dizaine de centimètres, se développent sur les branches de l'année précédente alors que les femelles sont réunies en petits groupes terminaux sur les nouveaux scions. — (Mario Rigoni Stern, Arbres en liberté, traduit de l’italien par Monique Baccelli, La Fosse aux ours, 1998, page 96)
    • Les scions aujourd’hui sont dans la force de l’âge. À l’orée de la piste forestière, le buste de Prosper Demontzey est lové dans un berceau d’épicéas. Gravé sur le socle, l’acte de foi de ce génie des arbres : « Je ne sais pas de plus noble mission que celle d’aider la nature à reconstituer dans nos montagnes l’ordre qu’elle avait si bien établi et que seuls l’imprévoyance et l’égoïsme de l’homme ont changé en véritable chaos. » — (Anne Vallaeys, Hautes solitudes. Sur les traces des transhumants, La Table Ronde, 2019, page 204)
    • Un scion de pêcher.
  2. (Pêche) Partie la plus fine d’une canne à pêche, celle au bout de laquelle on attache la ligne.
    • Debout parmi les galets, à une distance de près de quatre mètres, je laisse tomber la mouche face à moi, contre la berge rognée par l’érosion. Elle dérive sur quatre ou cinq centimètres, puis disparaît dans un tourbillon. Je ferre l’hameçon, le petit mouvement du scion de la canne suffit à faire s’agiter dix centimètres de truite à travers la surface vers les rochers à mes pieds. J’abaisse le scion de la canne, je donne du mou à la truite qui s’ébroue et s’en va, regagnant son repaire sous la berge. — (Pete Fromm, Le Nom des étoiles, traduit de l’anglais par Laurent Bury, Gallmeister, 2018, page 109)
    • Il faut que tu agites le scion au-dessus du courant, c’est le secret. Non, laisse-moi faire. (Sam prit la mouche des mains de Stranahan.) Il faut faire un nœud Duncan avec cette mouche, ça libère l’action. — (Keith McCafferty, Meurtres sur la Madison, traduit de l’anglais par Janique Jouin-de Laurens, Gallmeister, 2018, page 115)
  3. Baguette pour battre, fustiger.
    • Commençons par ce corps d’albâtre qu’il [l’Amour] appelle le temple de la blancheur ; prenez vos scions, filles de la Nuit, et me l'empourprez si bien [le corps de Psyché], que cette blancheur ne trouve pas même un asile en son propre temple. — (Jean de La Fontaine, Les Amours de Psyché et de Cupidon, 1669, Livre II, page 173)
    • Par la suite, les frères Newton [Henry et Alfred, résistants britanniques du SOE] eurent droit à la baignoire au courant électrique et à la flagellation chinoise sur la plante des pieds avec un scion d’osier jusqu’à ce qu’ils perdent connaissance. — (André Courvoisier, Le Réseau Heckler : De Lyon à Londres, France-Empire, Paris, 1984, page 258)

Dérivés

modifier

Traductions

modifier
Traductions à trier
modifier

Prononciation

modifier

Homophones

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier

Références

modifier

Étymologie

modifier
De l’ancien bas vieux-francique *kiþ (« rejeton »)[1] ; apparenté à Keim (« germe, bourgeon ») en allemand, chit (« bourgeon ») en anglais. La chute du \d\ est régulière en ancien français (→ voir muer et muter). La finale est diminutive[1] ou la subsistance du cas régime → voir baron.
D'après Diez[2], scion représente le latin sectio, de secare, « couper » ; c'est ainsi qu'en allemand scion se dit Schnittling, de schneiden, « couper » ; le sens concret de scion entraînant le genre masculin. Cette étymologie est fort probable[2] ; cependant, en ce cas, le picard devrait dire *soyon or il fait chion.

Nom commun

modifier

scion \Prononciation ?\ masculin

  1. Scion, rejeton.
    • (Proverbial) de bonne souche bon syon. — (XVe s.)
    • Bien est en lui repris li germes D'amors, si qu'il monte en cion. — (Roman de la Poire, XIIIe s.)
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)
    • Ire le sieut [suit] de près, qui a plusieurs cions,
      Rancunes et haïnes, plaiz et detraccions,
      Murdres et omicides et granz occisions.
      — (J. de Meung, Test. 1709)
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)

Variantes

modifier

Dérivés dans d’autres langues

modifier

Références

modifier

Étymologie

modifier
De l’ancien français scion.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
scion
\ˈsaɪən\
scions
\ˈsaɪənz\

scion

  1. Rejeton.
    • It was said to him that those people were the scions of Zion. — (Cholem Aleikhem, An Early Passover, 1966, Clifton Pub. Co., paperback edition, page 24.)
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)
    • He could show his parents Eliot, scion of Derek Moulthorp, and then how could they say he was throwing his life away?David Leavitt, The Lost Language of Cranes, 1986, Penguin, paperback edition, page 72.
  2. (Botanique) (Soutenu) Scion.

Synonymes

modifier

Quasi-synonymes

modifier

Prononciation

modifier

Voir aussi

modifier
  • scion sur l’encyclopédie Wikipédia (en anglais)