Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1839) De l’anglais performance, issu soit du moyen anglais to perform (« accomplir, réaliser ») – avec le suffixe d’origine française -ance – de l’ancien français parformer (ca. 1200), dérivé de former ; soit directement du moyen français parformance, de même origine (attesté vers 1571-72).
Au xixe siècle le terme est utilisé dans les haras anglais pour désigner chez un cheval sa manière de courir, de se comporter pendant la course.[1] [2]

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
performance performances
\pɛʁ.fɔʁ.mɑ̃s\

performance \pɛʁ.fɔʁ.mɑ̃s\ féminin

  1. (Sport) Manière dont s’est comporté un cheval dans une course.
    • Les parieurs, avant de jouer aux courses, étudient les performances précédentes des chevaux engagés.
    1. (Par extension) Résultats chiffrés obtenus par un athlète, une équipe sportive.
      • En raison des conditions météorologiques, les performances ont été très moyennes.
      • (Figuré) Production et performance sont évidemment liés. Ainsi, le poids de la carcasse d’un animal (production) dépend de ses performances de croissance, surtout pour un jeune animal. — (Cirad/Gret/MAE, Mémento de l'Agronome, 1 692 pages, page 1252, 2002, Paris, France, Cirad/Gret/Ministère des Affaires Étrangères)
    2. (Par extension) Exploit, réussite remarquable dans un domaine.
      • La performance du réparateur d’électroménager n'en est une qu’au regard du temps qu'il passe pour effectuer sa réparation. — (Béatrice Fermon & ‎Philippe Grandjean, Performance et innovation dans les établissements de santé, Dunod, 2015, p.14)
      • On ne joue plus une œuvre du passé, on en fait un exploit. La tragédie du répertoire devient le prétexte de performances presque sportives pour de grands comédiens, pas toujours en forme. — (Jean Vilar, De la tradition théâtrale, L'Arche, 1955. Cent ans de théâtre)
  2. (Par analogie) (Technologie) Au pluriel : ensemble évalué, voire chiffré, des potentialités d’un appareil.
  3. (Par extension) Capacité à remplir efficacement sa mission.
    • La performance de la sphère publique est aujourd’hui une composante essentielle de la compétitivité qu’impose la mondialisation. — (Exposé des motifs, Projet de loi portant réforme des juridictions financières, France, 2009)
  4. (Linguistique) Dans l’approche chomskyenne, un exemple d’utilisation du langage par un locuteur en situation, opposée à la compétence.
  5. (Arts) Action artistique entreprise par un ou des artistes en présence du public.
  6. (Arts) Évènement artistique qui recourt à différents modes d’expression dont l’exécution constitue l’œuvre elle-même.

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. Dictionnaire étymologique Larousse, Paris 1971
  2. Littré, Collect 10/18, 3e édition, Paris 1984

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Soit dérivé du moyen anglais to perform (« accomplir, réaliser ») avec le suffixe d’origine française -ance, de l’ancien français parformer, soit directement du moyen français parformance.
Synchroniquement dérivé de perform (« accompler, réaliser ») avec le suffixe -ance.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
performance
\pəɹ.ˈfɔɹ.məns\
performances
\pəɹ.ˈfɔɹ.məns.ɪz\

performance \pə.ˈfɔː.məns\

  1. Spectacle, représentation, prestation.
    • The musicians put on a beautiful performance.
  2. (Théâtre) Jeu, prestation, performance.
  3. (Sport) Performance.
    • The performance of the athletes was remarkable.
      La performance des athlètes était remarquable.

Apparentés étymologiquesModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’anglais performance.

Nom commun Modifier

performance \pəɹˈfɔɹməns\ masculin ou féminin (l’usage hésite)

  1. (Théâtre) Spectacle, représentation, prestation.
  2. (Linguistique) Performance.
  3. (Technologie) Performance.

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 91,1 % des Flamands,
  • 93,0 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]