Étymologie

modifier
Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.
Mode ou
temps
Personne Forme
Présent 1re du sing. ich dringe
2e du sing. du dringst
3e du sing. er dringt
Prétérit 1re du sing. ich drang
Subjonctif II 1re du sing. ich dränge
Impératif 2e du sing. dring
dringe!
2e du plur. dringt!
Participe passé gedrungen
Auxiliaire sein
voir conjugaison allemande

dringen \ˈdʁɪŋən\ (voir la conjugaison)

  1. Pénétrer, passer (par quelque chose), se frayer.
    • Wenn Detlef schlafen will, zieht er die schweren schwarzen Vorhänge vor, so dass kein Tageslicht ins Schlafzimmer dringen kann.
      Quand Detlef veut dormir, il tire les lourds rideaux noirs pour que la lumière du jour ne puisse pas pénétrer dans la chambre à coucher.
    • Auf dem Bahnsteig drängten und stießen sich die Leute. Das Zischen der Lokomotive drang bis zu ihnen. — (Albert Camus, traduit par Uli Aumüller, Die Pest, Rowohlt Verlag, 1997)
      Sur le quai, les gens se pressaient et se heurtaient. Le chuintement de la locomotive arrivait jusqu’à eux.

Prononciation

modifier

Étymologie

modifier
A rapprocher de son homographe allemand, de même sens (voir plus haut).
Présent Prétérit
ik dring drong
jij dringt
hij, zij, het dringt
wij dringen drongen
jullie dringen
zij dringen
u dringt drong
Auxiliaire Participe présent Participe passé
hebben/zijn dringend gedrongen

dringen \dɾiŋ.ə:\ intransitif ou transitif

  1. Presser, pénétrer.
    • de tijd dringt
      le temps presse.
  2. Pousser à, forcer à.
    • zich naar voren dringen
      se mettre en avant.

Synonymes

modifier

sens intransitif

sens transitif

Dérivés

modifier

Taux de reconnaissance

modifier
En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 97,6 % des Flamands,
  • 99,3 % des Néerlandais.

Prononciation

modifier
  • (Région à préciser) : écouter « dringen [dɾiŋ.ə:] »

Références

modifier
  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]