Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin ex(s)ilium venant de ex(s)ul (« séjournant à l’étranger, banni ») ou de ex(s)ilere (« sauter dehors ») ; première apparition en France en 1080, en Allemagne à la fin du XVIIIe siècle (cf. Joachim Henrich Campe).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
exil exils
\ɛɡ.zil\

exil \ɛɡ.zil\ masculin

  1. État de celui que l’autorité force à vivre hors de sa patrie, ou qui s’y résout lui-même.
    • Envoyer en exil.
    • Aller en exil.
    • Être en exil.
    • Lieu d’exil.
    • Il est revenu, il a été rappelé d’exil, de l’exil, de son exil.
    • La terre est pour l’homme un lieu d’exil, la vie est un temps d’exil.
    • La seconde vague d’exil, déclenchée à partir de 1925 par la dissolution des espaces démocratiques, toucha de très nombreux journalistes, intellectuels, parlementaires, élus locaux et cadres intermédiaires des partis jusqu’aux plus hauts dirigeants. — (Carmela Maltone, Exil et identité: les antifascistes italiens dans le Sud-Ouest, 1924-1940, 2006)
  2. (Par extension) Tout séjour dans un lieu qui n’est pas celui où l’on voudrait être, de tout éloignement qui prive de certains agréments que l’on regrette.
    • Vivre ainsi loin de vous est une sorte d’exil, est un exil, un véritable exil pour moi.

DérivésModifier

HyperonymesModifier

HyponymesModifier

TraductionsModifier

AnagrammesModifier


Voir aussiModifier

  • exil sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier