Voir aussi : Mairesse

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIIe siècle) Du moyen français mairesse, attesté dès cette époque avec les deux sens d’« épouse du maire » et de « femme maire ». Du latin majorissa (« chef des esclaves féminines employées dans le ménage »).
Synchroniquement dérivé de maire avec le suffixe -esse.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
mairesse mairesses
\me.ʁɛs\
ou \mɛ.ʁɛs\
 
Valérie Plante, élue mairesse de Montréal le 5 novembre 2017

mairesse \me.ʁɛs\, \mɛ.ʁɛs\ féminin

  1. (Administration territoriale) (France), (Canada), (Suisse) La première officière municipale d’une commune, municipalité ou (Canada) arrondissement, élue, en France, par les conseillers municipaux à l’issue des élections municipales, en Suisse et au Canada, directement par le corps électoral.
    • Tel est le comble de cette histoire. Car la mairesse qui a eu ma peau a elle aussi été condamnée – pour avoir organisé un faux mariage. Elle a marié un homme dans le coma. — (Jérôme Morin, On ne réveille pas un fonctionnaire qui dort : Avant propos à la nouvelle édition, éditions de l’Archipel, 2014)
    • Commémorations pour les héros et pour Hidalgo la mairesse de Paris, les à-côtés de la plaque, marchant à côté de leurs pompes… funèbres.
      D’un côté des héros, de l’autre des zéros pour l’orthographe.
      — (Guy Maillet, 2016, dépôt de bilan, des pots de départ et la farce tranquille !, Publibook, 2017, page 13)
    • En ayant beaucoup d’élus sortants, la mairesse a un avantage organisationnel avec un parti financièrement en santé et des militants passionnés. — (Elsie Lefebvre, La bataille de Montréal : où en sommes-nous?, dans Le Journal de Québec, 20 janvier 2021 [texte intégral])
  2. (Désuet) Épouse du maire.
    • […] ; le maire était avec toute sa famille sur un balcon; nous le longeâmes. La jeune mairesse, qui, dans son amour pour ses nouveaux administrés, s’approchait en les saluant sur le bord de la terrasse, me parut avoir de fort belles jambes ; […]. — (Alexandre Dumas, La Vendée après le 29 juillet, dans Revue des Deux Mondes, 1831 [texte intégral])
    • Elle n’avait alors que cinquante-trois ans ; et, selon sa femme de chambre, devenue la femme d’un gendarme, une madame Soudry à qui l’on dit madame la mairesse gros comme le bras : « Madame était plus belle que jamais. » — (Honoré de Balzac, Les Paysans, dans éditions Houssiaux, 1855 [texte intégral])
    • On avait d’ailleurs, immédiatement après, un nouvel exemple de cette manière de former les féminins, car Françoise ajoutait : Mais sûr et certain que c’est à la Duchesse qu’est le château de Guermantes. Et c’est elle dans le pays qu’est madame la mairesse. C’est quelque chose. — (Marcel Proust, Le Côté de Guermantes, dans Gallimard, 1921 [texte intégral])
    • Certes, il existe le terme mairesse qui désigne traditionnellement la femme du maire (comme la préfète est aussi la femme du préfet) ; l’ennui, c’est que la terminaison en “esse” est souvent un peu péjorative […]. — (Claude Duneton, Écrivain ou écrivaine ? Comment féminiser les fonctions ?, dans Science et Vie Junior, no 134, novembre 2000, p. 87)

Note d’usage :

Concernant l’édile en titre :
  • Aujourd’hui principalement rencontré au Canada et en Suisse francophones.
  • En France, une femme élue à la tête d’une municipalité était traditionnellement dénommée Madame le maire, mais cet usage tend de plus en plus à évoluer vers Madame la maire.

SynonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   mairesse figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : vote.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • mairesse sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier