FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français oripel et, plus avant, du latin aurea (« d’or ») et pellis (« peau »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
oripeau oripeaux
\ɔ.ʁi.po\

oripeau \ɔ.ʁi.po\ masculin

  1. Lame de cuivre très mince polie et brillante, qui de loin a l’éclat de l’or.
  2. (Au pluriel) Étoffes lamées, qui attirent l’œil et qui, vues à distance, font un certain effet.
    • Une très grande partie des ressources réunies par nos ménages du XXe siècle passe en oripeaux inutiles, en colifichets, en fioles, en brimborions, en honoraires de coiffeurs, en cosmétiques. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Mais quand donc en aurons-nous fini avec les emblèmes, les symboles, rocamboles séditieux et politico-religieux, drapeaux et oripeaux ?…
      Assez, qui qu’en grogne ! Assez comme cela ! […]
      — Un emballeur, qui ne s’emballe pas, et qui s’en bat l’œil
      — (Questions, L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, vol. 13, no. 294 (10 août 1880), Paris, 1880)
  3. (Au pluriel) (Familier) (Péjoratif) Méchants habits, guenilles.
  4. (Au pluriel) (Figuré) (Péjoratif) Choses qui brillent, qui ont un éclat apparent et sous lesquelles il n’y a rien de solide.
    • Je maintiens que c’est un acte légitime que de soulager un tas de prêtres arrogants comme toi de leurs bijoux, de leurs vains oripeaux. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Il est difficile, convenons-en, de continuer à instruire lorsque le maître lui-même renonce à son autorité, ou plutôt qu'il la recouvre presque par pudeur, sous les oripeaux de l'assentiment et de la persuasion publicitaire. — (Argument, vol. xx, n° 2, printemps-été 2018, p. 144)

Variantes orthographiquesModifier

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier