pas-d’âne

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Composé de pas (« enjambée ») et de âne.

Nom commun Modifier

Invariable
pas-d’âne
\pa.dɑn\
 
Des dessins de pas-d'âne. (1)
 
Un escalier à pas-d'âne. (5)

pas-d’âne \pa.dɑn\ masculin

  1. (Botanique) Plante médicinale dénommée aussi tussilage (Tussilago farfara).
    • Ainsi, lorsqu'un sol argileux, compacte, se trouve, par négligence, envahi par des plantes nuisibles, à racines vivaces et traçantes, et par conséquent très difficiles à détruire, telles que celles du pas-d’âne, du chiendent et d'autres, les cultures étouffantes deviennent insuffisantes pour la destruction de ces plantes, car elles n'agissent avec efficacité que sur les espèces annuelles. — (M. A. du Breuil, Des assolements et de leur application à la culture du département de la Seine-Inférieure, dans le Précis analytique des travaux de l'Académie des sciences, belles-lettres etarts de Rouen, pendant l'année 1842, Rouen : imprimé chez Nicétas Periaux, 1843, page 153)
    • Quelques plantes vivent sur ces sols en perpétuelle démolition : un Ononis, le Pas d’Ane, et les grosses touffes de Calamagrostis. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.170)
  2. (Arts) Sorte de mors de cheval.
    • Un mors à pas-d’âne.
    • Ce cheval a la bouche forte, il lui faut un pas-d’âne.
  3. Instrument avec lequel les maréchaux-ferrants tiennent la bouche d’un cheval ouverte pour l’examiner.
    • Voyez s’il y a des surdents, prenez le pas-d’âne.
  4. (Armement) Branche simple ou double qui, dans les gardes d’épées du XVIe siècle, se détache de l’écusson pour rejoindre par une courbe le tranchant de la lame, et qui est destinée à protéger l’index ou les deux premiers doigts.
  5. (Architecture) Ressauts sur une rampe formant des marches rampantes basses et espacées.
    • Une rampe à pas-d’âne.

Variantes orthographiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier