Voir aussi : raler

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Verbe 1) (Date à préciser) Doublet de racler.

Verbe 1 Modifier

râler \ʁɑ.le\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire entendre un râle, des râles en respirant.
    • Il n’y avait plus un champ de bataille, mais un immense foirail de perdition, attelages fracassés, chevaux errants, chars de munitions à la merci d’une étincelle, blessés râlant dans les coins. — (Joseph Jolinon, Guerrillas 1808, Éd. Charlot, 1942, p. 65)
    • Sur le lit, Henriette Bodet râlait, la joue gauche traversée par une balle… — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, chapitre IX, Gallimard, 1937)
    • Il est au plus mal, il commence à râler.
  2. (Figuré) Être à l’agonie.
    • Bientôt le moment qu’il guettait arriva. La maison Puech et Lacamp râlait. Le jeune homme négocia alors son mariage avec une adresse prudente. Il fut accueilli, sinon comme un sauveur, du moins comme un expédient nécessaire et acceptable. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, G. Charpentier, Paris, 1871, ch. II ; réédition 1879, p. 63)
  3. (Familier) (Figuré) Manifester par des récriminations sa mauvaise humeur, son mécontentement ; protester bruyamment.

SynonymesModifier

Être de mauvaise humeur

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Verbe 2Modifier

râler \ʁɑ.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Rare) Dire, exprimer, faire entendre, dans un râle, d’une voix comparable à des râles.
    • Son poil gris se hérisse, et son gosier enflé
      Râle des mots affreux dont le ciel est troublé.
      — (Tardieu-Saint-Marcel, Charles Martel ou La France délivrée, chant VIIème, Marié et Cie libraires, Paris, 1806, page 185)

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

râler \ʁɑ.le\ masculin

  1. Action de râler, de se plaindre.
    • Le râle marque l’espèce de son qui sort de la poitrine d’un malade à l’agonie ; le râlement exprime le râler. Un moribond a le râle, et il est en proie au râlement. — (Pierre Benjamin Lafaye, Synonymes français, L. Hachette, Paris, 1841)

PrononciationModifier

RéférencesModifier