FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de avaler avec le préfixe re-.

Verbe Modifier

ravaler transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Avaler de nouveau.
    • Ravaler sa salive, La retirer en dedans de sa gorge, en dedans de son gosier.
  2. Rabaisser.
    • Aussi les taudis marseillais sont innombrables et recèlent des accumulations incroyables, des promiscuités qui ravalent l'espèce humaine au niveau de l'animalité! — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Le reproche que le biographe adresse à Claude n’est pas de faire égorger les vaincus mais d’y prendre du plaisir et de le montrer, c’est-à-dire de se ravaler au rang du vulgaire. — (Pierre Renucci, Claude, Perrin, Paris, 2012, page 327)
    • On parlait de lui trop avantageusement, mais vous l’avez trop ravalé.
    • Il veut ravaler le mérite de tout le monde.
    • Ravaler la gloire d’une belle action.
    • Ce Philosophe voudrait ravaler l’homme jusqu’à la condition des brutes.
  3. (Figuré) (Familier) (Par analogie) Retenir des paroles, des émotions, en étant sur le point de les exprimer.
  4. (Architecture) (Maçonnerie) Faire le ravalement d’un mur d’une construction.
    • Ravaler un mur, une façade.
  5. (Menuiserie) Diminuer l'épaisseur d'un morceau de bois.
  6. (Serrurerie) Ovaliser l'anneau d'une clé avec un ravaloir.
  7. (Agriculture) Égaliser la surface d'un champs en utilisant une herse.
  8. (Marine) Se dit d'un vent qui change de direction pour souffler plus sur la poupe du navire.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier