évanouissement

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de évanouir avec le suffixe -ment.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
évanouissement évanouissements
\e.va.nwi.sə.mɑ̃\

évanouissement \e.va.nui.sə.mɑ̃\ masculin

  1. Perte de connaissance.
    • Il se réveilla d’un sommeil agité et entrecoupé par les impressions confuses qui accompagnent toujours un long évanouissement. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Pour couronner le tout, mon avocat se laisse aller sur son banc, tombe en faiblesse, et ne revient de son évanouissement qu'après avoir bu un verre de vinaigre des quatre-voleurs. — (L.-H., Physiologie de l'avocat, dans Le musée pour rire, t.1, Paris, Aubert, 1839)
    • Il y a plus de vingt ans, un soir qu’il traversait la place d’Italie, Giacometti fut renversé par une auto. Blessé, la jambe tordue, dans l’évanouissement lucide où il était tombé, il ressentit d’abord une espèce de joie « Enfin quelque chose m’arrive ! » — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 195.)
  2. Disparition progressive.
    • L’évanouissement de ses illusions.
  3. (Algèbre) Élimination d'une grandeur permettant de simplifier une équation.
    • L’évanouissement d’une inconnue, d’une quantité, d’un dénominateur.
  4. (Télécommunications) (Radiocommunications) Diminution momentanée de la puissance d'un signal radioélectrique à l'entrée d'un récepteur. (Par extension) Variation de la puissance du signal, due aux conditions de propagation des ondes.

SynonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier