Voir aussi : bitumé

Français modifier

Étymologie modifier

(XVIe siècle)[1] Emprunt savant au latin bitumen (« bitume »)[2], en remplacement de l’ancien français betun qui donne régulièrement béton.

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
bitume bitumes
\bi.tym\

bitume \bi.tym\ masculin

  1. Matière minérale, inflammable, liquide et jaunâtre, ou solide et noire.
    • Le bitume libre qu’on ajoute est évidemment absorbé par celui déjà logé dans les pores du calcaire ; véhiculé par lui, il pénètre jusque dans les plus intimes cavités de l’asphalte, comme une goutte d’huile suit le chemin tracé par une autre goutte ; mais on ne saurait prétendre que le bitume libre apporte avec lui des propriétés nouvelles ; ses fonctions sont purement accessoires ; il aide à la fusion de la roche ; il supplée aux huiles imprégnantes perdues par l’évaporation, il prépare la pâte pour la trituration et la cuisson, comme la salive, si l’on veut nous permettre cette comparaison, humecte les aliments, les dispose pour la mastication et favorise leur transformation. — (Léon Malo, « N° 4 : Note sur l’asphalte », in Annales des ponts et chaussées : Mémoires et documents relatifs à l’art des constructions et au service de l’ingénieur, tome I, 4e série, Dunod, Éditeur, Paris, 1861)
    • À l’inverse, des trafics lourds et lents ainsi que des hautes températures peuvent nécessiter l’emploi de bitumes durs qui rigidifient l’enrobé et diminuent ainsi les problèmes d’orniérage. — (Comprendre la rhéologie : De la circulation du sang à la prise du béton, coordonné par Philippe Coussot et Jean-Louis Grossiord, EDP Sciences, 2012, page 187)
    • Le pétrole, l’asphalte et le naphte sont des variétés de bitume.
  2. (En particulier) Asphalte, sable mêlé de bitume dont on recouvre les trottoirs, le sol des cours, etc.
    • L’étanchéité d’ouvrages géotechniques peut se réaliser sur un chantier par la pose d’une couche étanche de bitume modifié sur un textile ou un sol d’assise. — (André L. Rollin, Patrick Pierson, Stéphane Lambert, Géomenbranes : guide de choix, 2002)
  3. (Art) Couleur employée dans la peinture à l’huile, préparée spécialement avec du baume de Judée. #4E3D28
    • Cette fumée avait recouvert les poutres de la toiture d’un glacis de bitume pareil à ceux qu’on voit dans les vieux tableaux, et contrastant avec le crépi de chaux tout récent des murailles. — (Théophile Gautier, Le capitaine Fracasse, 1863)
    • À son avis, je ne saurais « peindre qu’au bitume », je salis tout ce que je touche « avec de grosses pattes de charbonnier ». — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 75)
    • 'L’assassinat de Concini, de Julien Blévy, une mise en page grandiose gâchée par l’abus du bitume. — (Georges Perec, Un cabinet d’amateur, 1979, Le Livre de Poche, page 60, note 1)

Dérivés modifier

Apparentés étymologiques modifier

Traductions modifier

Prononciation modifier

Voir aussi modifier

Forme de verbe modifier

Voir la conjugaison du verbe bitumer
Indicatif Présent je bitume
il/elle/on bitume
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je bitume
qu’il/elle/on bitume
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
bitume

bitume \bi.tym\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de bitumer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de bitumer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de bitumer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de bitumer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de bitumer.

Références modifier

Italien modifier

Étymologie modifier

Du latin bitumen (« bitume »).

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
bitume
\bi.tume\
bitumi
\bi.tumi\

bitume masculin

  1. Bitume.