Voir aussi : Cratère, cratere

Français modifier

Étymologie modifier

(1502)[1] Du latin crater (« vase, bouche de volcan »)[2], issu du grec ancien κρατήρ, kratḗr (« mortier » ou « bol à mixer »)[1][2], lui-même est dérivé du verbe κεράννυμι keránnymi (« verser »)[3]. Ce dernier est issu de la racine indo-européen commun *kra- (« mêler »)[4] / *kr- (« mêler »)[3] / *ker- (« mêler »)[3].

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
cratère cratères
\kʁa.tɛʁ\
 
Un cratère antique. (sens 1)
 
Le cratère du volcan La Fossa. (sens 2.1)
 
Cratères lunaires. (sens 2.2)
 
Le « Trou de mine » est un cratère dû à un effrondement souterrain. (sens 2.3)
 
Un cratère dû à l’explosion d’une réserve de bombe de la seconde guerre mondiale. (2.4)
 
Un cratère dans un four de verrier. (sens 3)
Cette illustration est cachée car considérée comme sensible.

Afficher


Un cratère de furoncle. (sens 4)
 
La cratère de fusion dû à l’arc électrique est en numéro 4. (sens 5)

cratère \kʁa.tɛʁ\ masculin

  1. (Antiquité) Vase à deux anses, plus large que profond, d’une grande capacité, contenant du vin et de l’eau mêlés, dont on remplissait les coupes qu’on passait ensuite à chaque convive.
    • Les vins de palme et de tamaris, ceux de Safet et de Byblos, coulaient des amphores dans les cratères, des cratères dans les coupes, des coupes dans les gosiers ; on bavardait, les cœurs s’épanchaient. — (Gustave Flaubert, Trois Contes : Hérodias, 1877)
    • Quand M. Bloch nous eut laissé tremper nos lèvres dans des coupes plates que son fils décorait du nom de « cratères aux flancs profondément creusés », il nous fit admirer un tableau qu'il aimait tant qu'il l'apportait avec lui à Balbec. — (Marcel Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Gallimard, 1919)
    • La suite a fini dans les livres d’histoire. Maurice Moisson vient de découvrir le sommet de ce qui est toujours le plus imposant cratère grec connu, un cratère étant un grand vase destiné à mélanger l’eau et le vin. — (Pierre Barthélémy, Des archéologues replongent dans la fabuleuse tombe celte de Vix, Le Monde. Mis en ligne le 19 septembre 2019)
    1. (Par extension) Coupe à boire large et peu profonde, hanap.
      • La Sorbonne & le cardinal Lemoine ont encore aujourd’hui des cratères ; ce sont de grandes coupes en écuelle à bords rabattus & sans oreilles. — (Diderot, L’Encyclopédie, 1re éd. dans la bibliothèque Wikisource  , 1751, page 436)
  2. (Géologie) (Par analogie) Dépression limitée par un bord abrupt, qui peut être circulaire ou elliptique.
    1. (Volcanologie) Dépression formée par les éruptions d’un volcan.
      • Après un tel paroxysme, l’éboulement des côtés du cratère obstrue encore plus l’orifice du volcan, et l’oblitère entièrement. On peut alors procéder à des observations […]. — (George Poulett Scrope, Les volcans, leurs caractères et leurs phénomènes, traduit de l'anglais par Endymion Pierraggi, chap. 3, Paris : chez Victor Masson & fils, 1864, p. 24)
      • L’anse où nous mouillons est évidemment un ancien cratère dans l’intérieur duquel la mer a fait irruption ; de tous côtés surgissent des cônes de cendres qui dénotent une récente activité volcanique. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 40)
      • Le face aride de l’île et les nombreux cratères éteints en dénonçaient la formation géologique récente […]. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    2. (Astronomie) (Par analogie) Dépression du sol laissée par un impact météoritique.
      • Les cratères d’impacts lunaires suggèrent que les planètes du système solaire furent soumises à un bombardement intense il y a quatre milliards d’années. — (André Brack, Bénédicte Leclercq, La vie est-elle universelle ?, 2003, page 3)
      • Phobos, la plus grosse des deux lunes de Mars, a la forme d’un patatoïde et mesure environ 28 km × 23 km × 20 km. Elle est dominée par le cratère Stickney […]. — (Neil Comins, À la découverte de l'Univers : Les bases de l'astronomie et de l'astrophysique, De Boeck Supérieur, 2016, page 184)
    3. (Industrie minière) Dépression formée suite à un effondrement d’origine souterraine.
      • Le 1er juillet 1916, la bataille de la Somme commence par une série de méga-explosions, occasionnées par des mines placées au plus près des lignes allemandes. L’immense cratère creusé dans le sol devant la crête de l’Aubépine (Hawthorn Ridge) est le premier à être fouillé par des chercheurs britanniques, révélant comment l’armée allemande a stratégiquement pris le dessus et réduit à néant le plan initial de l’état-major anglais. — (Sara de Lacerda, Premières fouilles dans le cratère de Hawthorn Ridge, vestige de la bataille de la Somme, le 18 janvier 2024 sur sciencesetavenir.fr → lire en ligne)
    4. (Généralement) Dépression formée suite à une explosion au-dessus, sur ou en dessous de la surface du sol.
      • .Ténèbres opaques. Chaos lunaire de cratères d’obus. Au fond des cratères ou chevauchant sur leurs crêtes, mêlée confuse et cruelle de souches et de troncs rompus. — (Daniel Mornet, Tranchées de Verdun, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1990, p. 25)
  3. (Verrerie) Ouverture pratiquée à la partie supérieure d’un fourneau de verrier.
    • On les adosse à un coteau ou à une butte, afin de faciliter l'accès au cratère du four lors du remplissage. On les construit de pierres des champs et de pierres calcaires, liées par du mortier. — (Gilbert Bauer, Rencontres insolites : les fours à chaux, sur bauer.gilbert.free.fr → lire en ligne)
    • Cette base est surmontée d'un dôme où s'ouvre le cratère permettant de cueillir le verre avec la canne de verrier. — (Gwendoline Guihard, Archives historiques du service de documentation de la direction générale des glaceries (première partie) : Répertoire numérique détaillé CSG 02252/1-222, Saint-Gobain Archives, Blois, 2018, page 169 → lire en ligne)
  4. (Médecine) Orifice, trou dans la peau, dû à un furoncle, un bubon, un anthrax
    • Le furoncle est une infection due à une bactérie, le doré. Les toxines sécrétées par la bactérie provoquent la destruction du follicule pileux ou pilosébacé et la formation d'un bourbillon (tissu blanchâtre provenant de cette destruction). L'élimination du bourbillon laisse place à un cratère rouge. — (Reconnaitre un furoncle, sur ameli.fr le 09 juin 2023 → lire en ligne)
  5. (Physique) Creux formé par l’arc électrique à l’extrémité du charbon positif.
  6. (Argot) (Sexualité) Anus.
    • […] la vanille poivrée de son cul aux multiples replis de cratère brun ! — (Michel Debray, Autorut du soleil, 1982)
    • J'ai dû lui démonter le cratère ! — (Coton, Fuck and forget - Journal de Pattaya, 2006)
  7. (Argot) (Sexualité) Sexe féminin insatiable.
    • O femmes, femmes, comme le démon de la garçomanie et du putanisme vous possèdent ! votre con est un gouffre insatiable, un cratère qui voudrait user tous les vits ! — (Anonyme, Les dames de maison et les filles d'amour. Avec des notions sur les différens bordels de Paris et les maisons de passe, vers 1835-1840)
  8. (Argot) (Péjoratif) Personne laide.
    • Maintenant si c'est une inconnue que tu trouves canon et après l'avoir acoster tu la trouve c**** la tu te dis c'est un cratère ![sic] — (hakimo93 (pseudonyme), réponse sur le forum « pour le mariage il faut avoir la beauté… », 3 avril 2006 → lire en ligne)

Synonymes modifier

Dérivés modifier

Apparentés étymologiques modifier

Vocabulaire apparenté par le sens modifier

Traductions modifier

Prononciation modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi modifier

  • cratère sur l’encyclopédie Wikipédia  

Références modifier

Tout ou partie de cet article a été extrait du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition, 1932-1935 (cratère), mais l’article a pu être modifié depuis.

Sources modifier

  1. a et b « cratère », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971–1994 → consulter cet ouvrage
  2. a et b Le Grand Robert de la langue française, Le Robert, 2005-2008 (version de démonstration)
  3. a b et c Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, 2022, Le Robert, pages 660-661
  4. Jacqueline Picoche, Dictionnaire étymologique de français, Le Robert, 1992, p. Jacqueline Picoche, Dictionnaire étymologique du français, Le Robert, 1992, pages 127-128

Bibliographie modifier