FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) De l’italien graffito, via son pluriel graffiti (même sens qu’en français). Il dérive du latin graphium (« stylet »)

Apparentés étymologiquesModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
graffiti graffitis
graffiti
\ɡʁa.fi.ti\
 
Graffitis de Pompéi. (définition nº1)
 
Des graffitis. (définition nº3)

graffiti \ɡʁa.fi.ti\ masculin

  1. (Archéologie) Inscription gravée, dessin tracé dans l’Antiquité sur des murs, des monuments.
    • Deux petites lignes inscrites au charbon sur un mur à hauteur d’homme. Un modeste graffiti qui modifie l’histoire d’un des sites archéologiques les plus connus du monde, Pompéi, et met un terme à une vieille querelle entre érudits au sujet de la date exacte à laquelle le Vésuve, en entrant en éruption, a détruit la célèbre ville romaine ainsi que ses voisines Herculanum, Stabies et Oplontis, en l’an 79 de notre ère. — (Pierre Barthélémy , « Un graffiti remet en question la date de la destruction de Pompéi », Le Monde. Mis en ligne le 16 octobre 2018)
  2. (Arts) Inscription, dessin, rapidement tracé, gribouillis.
    • Les inventions les plus étourdissantes d’un Miro, d’un Marx Ernst, d’un Jean de Bosschère, les cuisines et les graffiti d’un Klee. — (Nouvelle Revue française, janvier 1931)
  3. Inscription ou dessin griffonné sur des murs ou sur les parois de monuments.
    • Quelle propreté partout ! On n’ose pas jeter sa cigarette dans le lac. Pas de graffiti dans les urinoirs. La Suisse s’en enorgueillit. — (André Gide, Journal, 1917)
    • Quelle stupeur pour M. de Charlus, s’il avait pénétré dans un de ces pavillons adverses, grâce à quelque potin, comme par un de ces escaliers de service où des graffiti obscènes sont charbonnés à la porte des appartements par des fournisseurs mécontents ou des domestiques renvoyés ! — (Marcel Proust, Sodome et Gomorrhe, 1922, partie 2, chapitre 3)
    • Le long des murs qui bordent çà et là les voies, des graffitis étalent leur insignifiance dans un style mou qu’on dit importé des États-Unis. — (Régine Deforges, Rencontres ferroviaires, nouvelle, 1999, page 9.)
    • Le détournement d’affiche par les militants adverses, le plus souvent par graffiti ou bombage, constitue une pratique aussi ancienne que l’affiche politique elle-même. — (François Heinderyckx, La politique s’affiche, dans Un siècle d’affiches politiques en Belgique francophone, ouvrage collectif de Xavier Mabille, François Heinderyckx & Gabriel Thoveron, Éditions du CEFAL, 2003, page 74)
    • Puis, c'est au tour des « bombeurs » de Bastia - Oliva, Christofari et Léoni. Déjà en prison depuis plusieurs mois pour de simples graffitis, ils écopent de peines de deux ans de prison avec sursis. — (Pierre Poggioli, FLNC années 70, Éditions DCL, 2006, page 126)
    • Quatre nous fait franchir une autre porte. Derrière s’étend un vaste espace humide, avec des graffiti sur les murs et des tuyaux apparents. — (Veronica Roth, Divergente I, 2011 ; traduit de l’anglais américain par Anne Delcourt, 2014, page 264)

VariantesModifier

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • graffiti sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’italien graffito.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
graffiti
\ɡrə.ˈfi.ˌti\
graffitis
\ɡrə.ˈfi.ˌtiz\

graffiti \ɡrə.ˈfi.ˌti\

  1. (Archéologie) (Dénombrable) Épigraphie officieuse.
  2. (Indénombrable) Vandalisme par écriture sur les murs.
  3. (Indénombrable) (Arts) Graffiti.

Forme de nom commun Modifier

graffiti \ɡrə.ˈfi.ˌti\

  1. Pluriel de graffito.

ItalienModifier

Forme de nom commun Modifier

graffiti \ɡra.fi.ti\ masculin

  1. Pluriel de graffito.

TchèqueModifier

ÉtymologieModifier

De l’italien graffito.

Nom commun Modifier

graffiti \Prononciation ?\ neutre indéclinable

  1. Graffiti.
    • Zeď nádraží byla plná graffiti.
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)

Apparentés étymologiquesModifier

RéférencesModifier