Français modifier

Étymologie modifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.
→ voir rompre

Adjectif modifier

Singulier Pluriel
Masculin rompu
\ʁɔ̃.py\

rompus
\ʁɔ̃.py\
Féminin rompue
\ʁɔ̃.py\
rompues
\ʁɔ̃.py\
 
Chevron rompu (sens héraldique)

rompu \ʁɔ̃.py\

  1. (Par analogie) (Sens figuré) Extrêmement fatigué, brisé par la fatigue ou par une émotion.
    • Elle acheva de le convaincre en le prenant dans sa bouche. Lentement. Fermement. Une chose insensée que cette femme bigote n’avait jamais consentie jusqu’ici. Il fondit de plaisir. Rompu. La nooi avait toujours su obtenir ce qu’elle voulait. — (Philippe Morvan, Les Fils du Ciel, Calmann-Lévy, 2021)
    • Pour la première fois, Hélène vit cet homme fatigué, rompu. — (Pierre Lemaitre, Le Silence et la Colère, Calmann-Lévy, 2023)
    • Être rompu de fatigue.
    • J’ai les jambes rompues à force de marcher.
    • Elle ne dit pas un mot et s’en alla ; mais, sitôt qu’elle fut seule, elle s’affaissa au bord du chemin, les jambes rompues ; et elle resta là jusqu’à la nuit. — (Guy de Maupassant, Histoire d’une fille de ferme, dans La maison Tellier, 1891, réédition Le Livre de Poche, page 99)
  2. (Sens figuré) Être fort exercé, expérimenté dans une activité.
    • Si rompu que je sois à m’observer moi-même, si maniaque que soit mon goût pour ce genre amer de contemplation, il y a sans nul doute des choses qui m’échappent. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, réédition Folio, page 24)
    • J’admirais cette infaillibilité, car, étant trop jeune encore pour saisir les finesses d’un être aussi rompu au plaisir que l’était Concha, il n’était pas rare qu’elle reste ou me paraisse insatisfaite (et son visage, alors, était assez abîmé). — (Philippe Sollers, Une curieuse solitude, Seuil, 1958, réédition Le Livre de Poche, page 122)
    • Les négociants rompus aux stratagèmes essayaient en vain de la tenter, l’appâter, la séduire, de lui imposer ou lui glisser une broderie, un tissu, un bijou. — (Joseph Kessel, Les Cavaliers, Gallimard, 1967)
    • Difficile pour un civil ! Nous, dans la police, nous sommes rompus à tous les sports… — (André Franquin, Gaston 8 — Lagaffe nous gâte, éditions J.Dupuis Fils, 1970, page 17)
    • Le conflit s'enlise face à la guérilla menée par des combattants rompus au terrain. — (Olivier Tallés – Le jour où l'Armée rouge se retira - Journal La Croix, 2 janvier 2015, page 3)
    • S'il n'est pas condamné à l'exil, il (Kerenski) est rompu à la clandestinité, à repérer les mouchards et à déjouer les filatures. — (Bernard Chambaz - 17, 2017, éditions du Seuil, page 10)
    • Être rompu à faire une chose, aux affaires, aux calculs, etc.
  3. (Héraldique) Se dit d'une pièce (en particulier un chevron) ou d’un meuble longiligne présentant une rupture dans la continuité de sa représentation et laissant voir le champ. À rapprocher de brisé, découplé, fendu et tronçonné.
    • D’or à un chevron rompu de sable, qui est de la commune de La Bastide-de-Lordat de l’Ariège → voir illustration « chevron rompu »

Dérivés modifier

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
rompu rompus
\ʁɔ̃.py\

rompu \ʁɔ̃.py\ masculin

  1. (Droit) Lors d’une opération de création et attribution de parts gratuites, valeur fractionnaire correspondant au rapport entre la valeur nominale d’une action nouvelle, et la valeur nominale d’une action ancienne.
  2. (Escrime) En escrime, fait de rompre, de reculer.
    • Elle s’étudia dans cette œuvre, comme un homme qui va se battre repasse ses feintes et ses rompus. — (Honoré de Balzac, La Cousine Bette, 1846)

Dérivés modifier

Ce ou ces termes devraient être créés dans des articles séparés.

  • problème des rompus : cas où l’action nouvelle a une valeur nominale différente du nominal de l’action ancienne, le rapport mathématique entre la valeur de ces titres ne rend pas toujours possible l’attribution à chaque actionnaire d’un nombre entier d’actions nouvelles, car chaque part est indivisible.

Forme de verbe modifier

Voir la conjugaison du verbe rompre
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
rompu

rompu \ʁɔ̃.py\

  1. Participe passé de rompre.
    • Tu as besoin de picoler dès huit heures du matin… tu es pathétique… c’est toi qui as rompu notre accord… tu devais laisser tomber la dope… les tox, c’est pas fiable… — (Laurent Bénégui, Mon pire ennemi est sous mon chapeau, Julliard, 2012, chapitre 19)

Prononciation modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références modifier

Espéranto modifier

Forme de verbe modifier

Voir la conjugaison du verbe rompi
Volitif rompu

rompu \ˈrom.pu\

  1. Volitif du verbe rompi (transitif).

Prononciation modifier