Voir aussi : énivrer

Français modifier

Étymologie modifier

(XIIe siècle)[1] Du latin inebriare (« enivrer »)[2] qui donne aussi la forme savante inébrier.

Verbe modifier

enivrer \ɑ̃.ni.vʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’enivrer)

  1. Rendre ivre. — Note : On le dit proprement des boissons alcooliques.
  2. (Par extension) Causer, en parlant de certaines autres choses, un étourdissement, un trouble de la raison, semblable à celui qu’on éprouve dans l’ivresse.
  3. (Sens figuré) Enorgueillir.
    • Jamais je n’admirai rien de si héroïque, et David, quand il eut tué Goliath, ne dut pas avoir l’air plus enivré de triomphe. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
    • Or les responsables Verts, enivrés par leur succès, notamment en France, refusent de dire s’ils souhaitent gouverner avec la gauche ou la droite. — (Thomas Piketty, Thomas Piketty : « L’illusion de l’écologie centriste », Le Monde. Mis en ligne le 9 juin 2019)
    • Les louanges, les flatteries dont ils l’enivrent. — La prospérité enivre. — S’enivrer des éloges qu’on reçoit. — S’enivrer d’espérance. S’enivrer de la bonne opinion de soi-même.

Synonymes modifier

Dérivés modifier

Traductions modifier

Prononciation modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références modifier

Ancien français modifier

Étymologie modifier

Du latin inebriare (« enivrer »).

Verbe modifier

enivrer \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Enivrer.
    • Servir as feluns.... est ses saetes de sanc juste enivrer — (Th. le mart. 89, XIIe s.)
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)
    • N'ai beu ne vin ne el [autre chose], par unt [par quoi] l'um se poisse enivrer — (Rois, XIIe s.)
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)

Dérivés dans d’autres langues modifier

Références modifier