Étymologie

modifier
Du latin infinitus (« illimité »).

Adjectif

modifier
Singulier Pluriel
Masculin infini
\ɛ̃.fi.ni\

infinis
\ɛ̃.fi.ni\
Féminin infinie
\ɛ̃.fi.ni\
infinies
\ɛ̃.fi.ni\

infini \ɛ̃.fi.ni\ masculin

  1. Qui n’a ni commencement ni fin, qui est sans bornes et sans limites.
    • Ne revenez plus, monsieur, autrement vous tueriez aussi la mère, car la puissance de Dieu est infinie, mais la nature humaine a ses limites. — (Honoré de Balzac, L’Envers de l’Histoire contemporaine, 1848, deuxième épisode)
  2. Qui ne doit pas avoir de fin.
    • La gloire, la béatitude infinie des saints.
  3. (Par extension) Dont on ne peut assigner les bornes, le terme, etc.
    • Un espace infini. — Une durée infinie.
  4. (Par hyperbole) Qui est très considérable en son genre, tant au sens physique qu’au sens moral.
    • Très intrigué, j’allais quérir une échelle ; je l’appliquai contre le mur et montai avec d’infinies précautions... — (Octave Mirbeau, Le Colporteur, 1886)
    • – Bigre ! — s’écria-t-il, avec un sentiment d’infinie vexation. — Quel idiot je suis ! J’aurais dû leur faire rendre leurs épées… — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 359 de l’édition de 1921)
    • La plupart des astres sont placés à une distance infinie.
    • Cette jeune fille a une grâce infinie.
  5. (En particulier) Innombrable.
    • Il y a un nombre infini d’auteurs qui ont écrit sur ce sujet.
    • Une infinie variété d’objets.
    • Des peines infinies.
    • Je vous ai des obligations infinies.
  6. (Mathématiques) Qui est plus grand que n’importe quelle grandeur proposée ; qui est plus nombreux que n’importe quelle multitude proposée.
  7. (Mathématiques) (Théorie des ensembles) Qui est équipotent ou de même cardinal que l’un de ses sous-ensembles propres, en parlant d’un ensemble.
    • L’ensemble des entiers naturels est infini, équipotent par exemple à son sous-ensemble des entiers naturels pairs.
    • D’une façon générale on dit que des objets sont en nombre infini, lorsque le nombre de ces objets dépend du nombre des entiers, de façon que ce dernier augmentant suffisamment, le premier augmente. — (Eugène Cahen, Théorie des nombres, tome 1, éditions A. Hermann et fils, Paris 1914, page 71)
    • Souvent on considère l’ensemble fini ou infini de tous les nombres qui satisfont à certaines conditions précises. — (Charles-Jean de La Vallée Poussin, Cours d’Analyse Infinitésimale, volume 1, 3e édition, Louvain et Paris 1914, page 9)

Antonymes

modifier

Synonymes

modifier

(1)

(2)

Hyponymes

modifier

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
infini infinis
\ɛ̃.fi.ni\

infini \ɛ̃.fi.ni\ masculin

  1. (Absolument) (Religion) Ce que l’on suppose sans limites, en parlant des choses divines.
    • L’homme ne peut bien concevoir l’infini.
    • Exister en tant qu'individu libre, face à l'infini et à la mort, tel a été et tel est le lot de chacun des vivants qui m'ont précédé ou qui m'accompagnent aujourd'hui. — (Jean-Louis Servan-Schreiber, Le Retour du courage (1986), Albin Michel, 2022, page 52)
  2. (Mathématiques) Concept pour désigner ce qui est supérieur à tout nombre réel.
    • Pour démontrer cette proposition, nous supposerons d'abord que le nombre m tend vers l’infini en ne prenant que des valeurs entières et positives. — (Sylvestre François Lacroix, Traité de calcul différentiel et de calcul intégral, volume 2, Gauthier-Villars 1867, page 145)
    • L’infini est habituellement noté .
  3. (Philosophie) Ce qui n’est pas fini ; ce qui n’a pas de fin.
    • La métaphysique tout entière est attachée à la détermination de l’idée d’infini ; il n’est point de difficulté métaphysique qui ne naisse de l’opposition entre le fini et l’infini. — (Jules Simon, Introduction de Œuvres de Descartes, édition Charpentier à Paris, 1845)
    • La borne fut l'entrée de l’Hindostan. Le peuple voyageur se trouva en présence de trois infinis, dont un seul suffisait pour le troubler profondément. — (Jules Michelet, Bible de l'Humanité, Calmann-lévy, 1876, page 39)
    • Je dois mon premier contact précis avec la notion d’infini à une boîte de cacao de marque hollandaise, matière première de mes petits déjeuners. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, réédition Folio, page 34)
  4. (Plus courant) Nature, caractère de ce qui ne finit pas, ou semble ne pas finir.
    • Le silence devient plus dangereux que la parole, en communiquant aux yeux toute la puissance de l’infini des cieux qu’ils reflètent. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Du blé, du blé partout, un infini de blé dont la houle d’or roulait d’un bout de l’horizon à l’autre. — (Émile Zola, Les Trois Villes : Paris, 1897)
    • – Voici les murs de chez moi, le plafond de chez moi, le parquet de chez moi. On ne pense pas assez à ces choses qui nous protègent si humblement mais si sûrement de l’infini qui nous entoure. — (Jules Supervielle, Le voleur d’enfants, Gallimard, 1926, réédition Folio, page 145)
    • On eût dit que son regard, triste et lointain comme le regard des hommes qui ont longtemps vécu sur la mer ou dans les solitudes immenses, gardait comme un reflet de l’infini. — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes)
    • Les goûteurs d'infini sont de deux sortes : les uns aiment l'immensité liquide, les autres la verticalité. Les premiers préfèrent en général les océans, les seconds les massifs. — (Pascal Bruckner, Dans l'amitié d'une montagne, Grasset, 2022, page 173)

Synonymes

modifier

Antonymes

modifier

Dérivés

modifier

Vocabulaire apparenté par le sens

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Voir aussi

modifier
  • infini sur le Dico des Ados  
  • infini dans le recueil de citations Wikiquote  

Références

modifier
 

Étymologie

modifier
Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Adverbe

modifier
Invariable
infini

infini \Prononciation ?\ invariable

  1. Enfin.

Prononciation

modifier

Références

modifier