FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Xe siècle) Du latin nominare, dérivé de nomen (« nom »).

Verbe Modifier

nommer \nɔ.me\ transitif direct 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se nommer)

  1. Attribuer, imposer un nom à une personne ou une chose.
    • Christophe Colomb, on le sait, lorsqu'il aborda en Amérique, crut avoir atteint les Indes par une nouvelle route maritime et nomma en conséquence « Indiens » les premiers habitants qu'il rencontra. — (René Thévenin & Paul Coze, Mœurs et Histoire des Indiens Peaux-Rouges, Payot, 1929, 2e éd., page 13)
    • Il fut le premier qui découvrit cette île et il la nomma de son nom.
    • « Que ces choses ne soient même pas nommées parmi nous », fit une voix ironique.
      Joseph recula d’un pas et s’assit sur son lit, le cœur battant. De tout ce qu’il venait d’entendre et ne comprenait qu’à moitié, ce verset biblique l’atteignait seul, flamboyait dans sa tête. Il y avait en effet des mots qu’on ne prononçait pas, comme si l’on eût craint d’attirer la colère de Dieu.
      — (Julien Green, Moïra, 1950, réédition Le Livre de Poche, page 57)
    • Nommer une maladie est la plus sûre façon de la faire apparaître. — (Antoine Bello, Scherbius (et moi), Gallimard, page 363)
  2. Qualifier, décerner une épithète.
    • Louis XII a été nommé le Père du peuple.
    • Nommer quelqu’un son protecteur, son maître, son bienfaiteur, le reconnaître comme son protecteur, son maître, son bienfaiteur.
  3. Dire le nom d’une personne, d’une chose ; dire comment une personne, une chose s’appelle.
    • Si vous voulez, je vous nommerai mon auteur.
    • Je vous nommerai plusieurs personnes.
    • Il y a des choses qu’on ne saurait nommer par leur nom.
  4. Désigner, énumérer.
    • Dans son intervention, il a nommé les personnes responsables des fautes.
    • Nommer ses complices, les déclarer, les faire connaître.
  5. Désigner, choisir ou instituer pour une fonction ou un poste.
    • A son retour d'Espagne, le général Beurnonville épousa Mlle de Durfort. Le 5 février 1805, il fut nommé sénateur, et bientôt titulaire de la sénatorerie de Limoges. — (Biographie nouvelle des contemporains ou Dictionnaire historique et raisonné de tous les hommes qui, depuis la Révolution française, ont acquis de la célébrité, par MM. A. V. Arnault, A. Jay, E. Jouy, J. Norvins, etc. , vol. 2, Paris : à la Librairie historique, 1821, page 468)
    • On a nommé des experts, des arbitres.
  6. Élire.
    • Les magistrats de cette république étaient nommés tous les ans par le peuple.
    • À Rome, on nomma des décemvirs pour composer les lois, et des questeurs pour faire juger les crimes publics.
  7. (Pronominal) Appeler, avoir pour nom.
    • Je suis né dans un village près de Reims et je me nomme Cupidonnet. Dès mon enfance, j’aimais les jolies filles. — (Nicolas Edme Restif de La Bretonne, L’Anti-Justine, 1798)
    • Je me nomme Marie. — (1854, Gustave Chouquet, Easy Conversations in French‎, page 9)
    • Comment se nomme celle place, cette rue ?
  8. (Pronominal) Déclarer son nom.
    • Vous êtes obligé de vous nommer.

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

AfrikaansModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

nommer \Prononciation ?\

  1. Numéro.

PrononciationModifier