Français modifier

Étymologie modifier

(1855) Dérivé de toquer, avec le suffixe -ard (toquer au sens de « frapper ») ou dérivé de toc, avec le suffixe -ard (toc au sens de sans valeur).
De toque, coiffe des étudiants jusqu’en 1888, avec le suffixe -ard signifiant « porteur de toque »
 Référence nécessaire
.

Adjectif modifier

Singulier Pluriel
Masculin tocard
\tɔ.kaʁ\

tocards
\tɔ.kaʁ\
Féminin tocarde
\tɔ.kaʁd\
tocardes
\tɔ.kaʁd\

tocard \tɔ.kaʁ\

  1. (Familier) Démodé, sans valeur, laid, de mauvais goût, sans attrait physique ou intellectuel.
    • […] avait soigneusement retiré les ornements du coffre où il les avait remisés et les avait dissimulés dans le creux d’un vieux chêne « tocard », qu’on montrait encore aux curieux. — (Marcel Grayo, Missillac et sa région au fil des ans, 1980, page 204)

Variantes orthographiques modifier

Traductions modifier

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
tocard tocards
\tɔ.kaʁ\

tocard \tɔ.kaʁ\ masculin (pour une femme, on dit : tocarde)

  1. (Injurieux) Personne incapable, sans valeur.
    • Car tu étais mineure, enceinte d’un tocard schizophrène qui se faisait interner tous les quinze jours à Sainte-Anne, t’as oublié ? — (Agnès Vannouvong, Gabrielle, Éditions du Mercure de France, 2015)
    • Moi, c’est les tocards à petite bite du coin qui se sentent obligés de me défier, pour montrer à leurs copains comment ils ont osé venir me remettre à ma place. — (Virginie Despentes, King Kong Théorie, Grasset, 2006, page 134)
    • Plus tocard que toi, je ne vois pas… — (Maurice Druon, Du soleil sur la Normandie, 1964)
    • Reste qu’en entendant, hier soir, Jadot appeler aux dons pour sauver le mouvement, je n’ai pu m'empêcher de m’effleurer un “fallait y penser avant, tocard !”, dont je ne suis pas spécialement fier — (Daniel Schneidermann, Lundi en miettes, Arrêts sur image, 11 avril 2022)
    • Se réjouir de la défaite ce n’est pas être “dégénéré” les tocards, c’est faire preuve de bon sens — (Sarafistole sur Twitter, 6 juin 2022 → lire en ligne)
  2. (Familier) (Sports hippiques) Cheval de course sans aucune chance de victoire.
    • Sur un champ de courses, il était plus fréquent de perdre que de gagner. Cette douce philosophie parut le remonter un peu. — Je vais essayer de me refaire sur Café de Flore dit-il. — C’est aussi un tuyau sûr ? — Non, il paraît que c’est un tocard. — (Léo Malet, La Cinquième Empreinte, Fleuve noir, 1986)
  3. (Familier) (Sport) Rival médiocre et incapable, loser.
    • Cependant, il serait absurde d’imaginer qu’une thérapeutique miraculeuse puisse faire gravir les marches du podium à un athlète de second plan ou qu’un médecin ou un médicament puisse transformer un tocard en champion. — (Frédéric Baillette, Critique de la modernité sportive, Les Éd. de la Passion, 1995, page 278)
  4. (Botanique) Digitale.

Synonymes modifier

Vocabulaire apparenté par le sens modifier

Traductions modifier

Prononciation modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références modifier