FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle) Altération de l’ancien français troter, emprunt au vieux haut allemand trotōn « presser les raisins » (v. 1000), intensif apophonique de tretan « marcher, piétiner » ; le vieux haut allemand a donné l’allemand (vieilli) trotten « presser (raisins) » et régional Trotte « pressoir à vin »[1].

Verbe Modifier

trotter \tʁɔ.te\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se trotter)

  1. Aller le trot.
    • Et ce n'est pas qu'il trottât mal, ou qu'il ruât, ou qu'il fût encore plus âne que les autres ânes. — (Vladimir Volkoff, Les Brumeurs de la mer : Olduvai͏̈, Julliard/L'Âge d'Homme, 1980, p.222)
    • Ce cheval trotte sous lui : Il n’avance pas.
  2. (Familier) (Par extension) Marcher à petits pas rapides.
    • On le voit trotter toute la journée.
    • Les souris trottent dans le grenier.
  3. (Figuré) Venir sans cesse à l'esprit.
    • On franchit une rivière aux basses eaux coulant sur le sable, et on laisse sur le côté, des rochers dont les formes bizarres font trotter l'imagination. — (Eugène Gallois, À travers les Indes, 1899)
  4. (Figuré) (Familier) Faire beaucoup de courses, de démarches pour quelque affaire.
    • Il y a longtemps que je trotte pour cette affaire-là.
  5. (Transitif) (Manège) Faire trotter.
    • Trotter un cheval à la longe.
  6. (Pronominal) (Argot) Partir, filer, s’en aller.
    • – On s’trotte.
      – Et comment qu’on s’trotte !
      — (Léon Frapié, Réalisme, dans Les contes de la maternelle, 1910, éditions Self, 1945, page 131)
    • En somme, c’est un roussin, derrière les volets, il doit nous zyeuter, si on se calte sur la droite, il nous pincera après le pont ; si on se trotte par la gauche, il nous acculera contre la flotte… — (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Le train perdu, 1912, chapitre I)
    • Oui, me dit Duroc, Tacherot s’est trotté. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 263)
    • Toutes les mêmes. Quand elles ont dans la boule de se trotter, rien à faire. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. Wolfgang Pfeifer (s. la dir. de), art. « trotten », dans Etymologisches Wörterbuch des Deutschen, 7e éd., Munich, dtv, 2004.

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Dérivé de trot avec le suffixe nominal -er.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
trotter
\tɹɒ.tə(ɹ)\
trotters
\tɹɒ.tə(ɹ)z\

trotter \tɹɒ.tə(ɹ)\

  1. Trotteur, cheval de trot.
  2. Patte de cochon ou de mouton.