Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIIe siècle) Du néerlandais aanmaren ou aanmarren [DRAE].
De l’occitan amarrar, lui-même formé sur mar, la mer.

Verbe Modifier

amarrer \a.ma.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Lier à l’aide d’une corde ou d’un objet similaire à un autre objet dans le but d’éviter que l’un ne s’éloigne de l’autre.
    • Au moyen de palans je « roidis » les étais et j'amarre le beaupré aussi solidement qu'il est possible sur le pont maintenant rasé à l'avant. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Il fallait frapper un orin sur la patte de l'ancre, en se penchant au-dessus du bastingage, amarrer solidement à l'autre extrémité un flotteur, une « couille de loup » disaient les marins, ajuster la longueur en fonction du fond et lancer le tout à l'eau, […]. — (Laurent Mérer, Le roman des marins, Éditions du Rocher, 2017)
  2. (Marine) Lier à l’aide d’un bout d’amarrage ou une amarre un bateau au quai ou à un autre bateau.
    • Après un gros effort, nous accostâmes un grand floe sur lequel nous nous amarrâmes avec des ancres à glace. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Amarrer un navire aux anneaux du quai, une chaloupe au rivage.
  3. (Argot) (Rare) Arrêter, aborder quelqu’un.

AntonymesModifier

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   amarrer figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : bateau.

TraductionsModifier

ParonymesModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier