Voir aussi : Chauffeur

Français modifier

Étymologie modifier

(1680), (1896) au sens de conducteur d’automobile[1]. Dérivé de chauffant, avec le suffixe -eur[2]. À l’origine celui qui entretenait le feu d’une machine à vapeur.

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
chauffeur chauffeurs
\ʃo.fœʁ\

chauffeur \ʃo.fœʁ\ masculin (pour une femme, on peut dire : chauffeure, chauffeuse)

 
Un chauffeur de bus au Rwanda (2).
 
ca. 1850. Les chauffeurs des campagnes (4).
 
1803. La berline à vapeur de Trevithicks et son chauffeur (5).
  1. Celui qui conduit un véhicule à moteur.
    • Parfois, il s’enfonçait subitement, se relevait, et Mademoiselle lançait au timonier ce regard dont on punit le chauffeur, en auto, qui n’a pas prévu un dos d’âne. — (Jean Giraudoux, Suzanne et le Pacifique, Grasset, 1967)
    • J'ai commencé par être bulliste. J'ai été formé sur le tas comme on dit par des chauffeurs d'engins qualifiés. Au départ je regardais comment ils faisaient. — (Julien Derouet, Paroles de mineurs d'ardoise, Éditions Cheminements, 2009, p. 67)
    • Il était donc logique qu’en juillet 1958, je termine mon voyage de noce en ce haut lieu (châteaux de la Loire en 2 CV et guitoune de camping) avec pour chauffeur mon tout nouveau beau-frère, car je ne savais pas encore conduire. — (Gabriel Cohn-Bendit, Nous sommes en marche, Éditions Flammarion, 1999, page 112)
  2. (Par extension) Celui qui conduit un véhicule automobile à des fins professionnelles.
    • Un chauffeur de taxi âgé mange une sorte de flaque de jambon grise et triste comme la figure du premier ministre Bourassa sur Montréal-Matin. — (Réjean Ducharme , L’hiver de force, Gallimard, 1973)
    • Il trônait à l’arrière de son magnifique torpédo Delaunay-Belleville que le chauffeur de service démarre lui aussi à la manivelle, mais sans effort et toujours du premier coup ! — (Anne Muratori-Philip, Jean-Claude Seven, 12 voitures qui ont changé l'Histoire, Pygmalion, 2012)
  3. Personne qui chauffe, qui enthousiasme un public, une manifestation, une bande d’émeutiers, etc.
    • Le chauffeur de salle se charge de l’ambiance.
    1. (Péjoratif) (Injurieux) Homme considéré comme sensuel, aguicheur.
      • Écoute, vieux chauffeur!... Il te faut des femmes — (Balzac, La Cousine Bette, 1846)
  4. (XVIIIe siècle – XIXe siècle) Brigand qui brûlait la plante des pieds de ses victimes pour leur faire avouer où ils cachaient leur argent, qui sévissait surtout dans les campagnes à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle.
    • […] elle était sûre de son innocence, et elle jurait ses grands dieux que l’accusation s’était fourvoyée en faisant de cet homme un brigand, un assassin, un chauffeur ! — (Jules Janin, Les Contes du chalet, Lévy frères, 1860, page 165)
    • […] et je possède encore dans le tiroir d’un meuble une photographie que mon ami Jean-Marc Bernard m’envoya lors de l’exécution capitale à Valence des chauffeurs de la Drôme. — (Francis Carco, Maman Petitdoigt, La Revue de Paris, 1920)
  5. (Désuet) Ouvrier qui était chargé d’entretenir le feu d’une forge, d’une machine à vapeur, d’une automobile à vapeur, etc.
  6. (Coiffure) (Vieilli) Appareil utilisé par les coiffeurs pour réaliser une mise en plis ou une permanente.
    • Pour introduire la chaleur dans cet assemblage, elle avait recours au chauffeur. Une pince en matière plastique qu’elle laissait chauffer sur les barres d’un appareil à gaz. Pour modérer le chauffeur, entre lui et le cheveu elle plaçait le protecteur. — (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 116)

Synonymes modifier

Personne conduisant une voiture (2) :

Dérivés modifier

Vocabulaire apparenté par le sens modifier

Personne conduisant une voiture (1) :

Professionnel de la route (2) :

Traductions modifier

Traductions à trier modifier

Prononciation modifier

Paronymes modifier

Anagrammes modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références modifier

Sources modifier

Bibliographie modifier

Anglais modifier

Étymologie modifier

Du français chauffeur.

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
chauffeur
\ʃoʊ.ˈfɝ\
ou \ʃəʊ.ˈfɜː\
chauffeurs
\ʃoʊ.ˈfɝz\
ou \ʃəʊ.ˈfɜːz\

chauffeur \ʃoʊ.ˈfɝ\ (États-Unis), \ʃəʊ.ˈfɜː\ (Royaume-Uni) (pour une femme, on dit : chauffeuse)

  1. (Gallicisme) Chauffeur de maître.

Verbe modifier

Temps Forme
Infinitif to chauffeur
\ʃoʊ.ˈfɝ\
Présent simple,
3e pers. sing.
chauffeurs
\ʃoʊ.ˈfɝz\
Prétérit chauffeured
\ʃoʊ.ˈfɝd\
Participe passé chauffeured
\ʃoʊ.ˈfɝd\
Participe présent chauffeuring
\ʃoʊ.ˈfɝ.ɪŋ\
voir conjugaison anglaise

chauffeur \ʃoʊ.ˈfɝ\ (États-Unis), \ʃəʊ.ˈfɜː\ (Royaume-Uni)

  1. (Intransitif) Être chauffeur de maître.
  2. (Transitif) Transporter quelqu’un comme chauffeur de maître.

Prononciation modifier

Néerlandais modifier

Étymologie modifier

(1912)[1] Du français chauffeur.

Nom commun modifier

Nombre Singulier Pluriel
Nom chauffeur chauffeurs
Diminutif chauffeurtje chauffeurtjes

chauffeur \Prononciation ?\ masculin (pour une femme, on dit : chauffeuse)

  1. Chauffeur.

Synonymes modifier

Taux de reconnaissance modifier

En 2013, ce mot était reconnu par[2] :
  • 98,4 % des Flamands,
  • 99,0 % des Néerlandais.

Prononciation modifier

Références modifier

  1. Nicoline van der Sijs, Chronologisch woordenboek. De ouderdom en herkomst van onze woorden en betekenissen, Veen, Amsterdam, 2002, 2e édition
  2. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]