Ouvrir le menu principal

Sommaire

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin coryphaeus, venant du grec ancien κορυφαῖος, koruphaios (« chef, qui occupe le sommet »), de κορυφή, koruphé (« sommet »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
coryphée coryphées
\kɔ.ʁi.fe\

coryphée \kɔ.ʁi.fe\ masculin

  1. (Antiquité) Chef de chœur dans le théâtre antique ou dans une fête moderne.
  2. Grade dans le corps de ballet de l’Opéra de Paris entre quadrille (premier grade) et sujet (grade précédant ceux de premier danseur et danseur étoile).
    • J'étais un tout petit coryphée dans Drury Lane, quand il jouait les rôles du grand répertoire. — (Jean Ray, Harry Dickson, Le Fauteuil 27, 1937)
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  3. (Figuré) (Ironique) Personne qui se distingue le plus dans une secte, dans un parti, dans une profession ou qui, dans un groupe, prend la parole pour les autres.
    • L’emploi de la force de l’État contre les vaincus nous choque d’autant plus que beaucoup de coryphées de la Révolution devaient bientôt se distinguer parmi les serviteurs de Napoléon et employer le même zèle policier en faveur de l’empereur qu’en faveur de la Terreur. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. III, Les préjugés contre la violence, 1908, p. 126)
    • Les thuriféraires officiels, s’accordant avec les coryphées du nationalisme, ont composé une pièce à grand spectacle qu’ils représentent quotidiennement et qui peut s’appeler le mélodrame du franc. — (Joseph Caillaux, Discours de Montpellier, dans Ma doctrine, 1926)
    • Le prieuré de Ganagobie est le coryphée de l’art roman en Haute-Provence — (Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, 1986)

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • coryphée sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier