Voir aussi : cruché

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1178)[1][2] Du vieux-francique *krûkka[1][2], variante de *krucka[2][1], apparenté à l’ancien français cruie[1][2], à Krug en allemand, kruik en néerlandais Référence nécessaire, etc. Le mot désigne un vase de terre ou de grès à anse[1] et, depuis 1862, en Suisse, une bouillotte[1]. Il prend le sens d’« idiot » en 1633[1][2]. Par métonymie, il a le sens de « cruchée »[1], c’est-à-dire de « contenu d’une cruche ».

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
cruche cruches
\kʁyʃ\

cruche \kʁyʃ\ féminin

  1. Vase de terre ou de grès, à anse, qui a ordinairement la panse large et le col étroit.
    • Aujourd'hui, on y fabrique des vases, des cruches, des pots, des cache-pots. Mais attention, ils ne sont pas de la même couleur qu'à Soufflenheim ! Rien à voir ! — (Pierre Kretz & ‎Astrid Ruff, L'Alsace pour les Nuls, Éditions First, 2016)
    • Cruche pleine d’huile, pleine d’eau.
    • Si l’homme ressemble un peu à mon père, la femme n’est pas ma mère — ça, c’est sûr, bien qu’elle se comporte comme telle quand elle vient me voir tous les jours : elle me caresse la main, m’embrasse les cheveux, me masse les pieds en suivant les instructions du physiothérapeute, et dispose des campanules et des anémones dans une cruche qu’elle a apportée ici. — (Belinda Bauer, Cadavre 19, traduit de l’anglais par Christine Rimoldy, 10/18, 2015, page 101.)
    1. Cruchée, contenu de la cruche.
  2. (Suisse) Bouillotte.
    • Tu seras mieux dans ton lit avec une bonne cruche. — (A. Belperroud, Les Toutes bonnes du syndic, Lausanne, 1973)
  3. (Familier) Personne inintelligente, idiot.
    • Quelle cruche ! Elle a encore tout inversé !
    • M... disait d'un sot sur lequel il n'y a pas de prise : "C'est une cruche sans anse.". — (Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort, Maximes et pensées, caractères et anecdotes)
    • Dites donc, maman Blidot, vos enfants sont ignorants comme des cruches ! — (Comtesse de Ségur, L’Auberge de l’Ange-Gardien, 1888)
    • Je suis une cruche, j’en ai la preuve. Julia l’a fait ! Oui, Julia l’a fait. Alors que moi, je n’ai même pas encore embrassé. Quelle débâcle… — (Éric-Emmanuel Schmitt, éditions Albin Michel, Paris, 2014, p. 25)

SynonymesModifier

récipient

DérivésModifier

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   cruche figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : beurre.

TraductionsModifier

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
cruche cruches
\kʁyʃ\

cruche \kʁyʃ\ féminin

  1. Idiot.
    • Avoir l’air cruche.
    • 3 février 1941 – Elle doit me croire falote et cruche ; j’ai envie de resonner et de recommencer ma visite, en étant vraie, cette fois. — (Benoîte et Flora Groult, Journal à quatre mains, Denoël, 1962, page 140)

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe crucher
Indicatif Présent je cruche
il/elle/on cruche
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je cruche
qu’il/elle/on cruche
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
cruche

cruche \kʁyʃ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de crucher.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de crucher.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de crucher.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de crucher.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de crucher.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • cruche sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

Nom commun Modifier

cruche \Prononciation ?\ féminin

  1. Cruche.
  2. Variante de cruise.
  1. a b c d e f g h i et j Alain ReyDictionnaire historique de la langue française, Dictionnaires Le Robert, Paris, 1992
  2. a b c d et e « cruche », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971–1994 → consulter cet ouvrage