Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin fraternitas, dérivé de frater (« frère »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
fraternité fraternités
\fʁa.tɛʁ.ni.te\

fraternité \fʁa.tɛʁ.ni.te\ féminin

  1. Lien de parenté qui unit les enfants, frères et sœurs, nés des mêmes parents.
    • La seule notion de fraternité qui m'intéressait était celle à laquelle j'avais parfois recours lorsque je séchais sur un devoir. À ce moment, un grand frère ne m'aurait pas déplu. — (Jean Bouvier-Cavoret, Qui sont-elles ?, Éditions JMJBC, 2007, page 98)
  2. Idée selon laquelle tous les humains, hommes et femmes, sont égaux et méritent égale dignité et égale considération.
    • La constitution de 1793 fut le premier pacte social qui, depuis l'origine du monde, eût fait un dogme de la fraternité humaine. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Quand nous reconnaissons en l'autre quelques chose qui nous est commun, cela s'appelle la fraternité. Cela s'appelle l'humanité. — (Simone Veil, discours prononcé à la remise du prix Anetje Fels-Kupferschmidt, Amsterdam, le 26 janvier 2006, dans Simone Veil, Mes combats, Bayard, 2016, p. 97)
    • La notion de fraternité est éminemment paradoxale, car elle dit le lien avec un terme excluant. — (Réjane Sénac, Les non-frères au pays de l'égalité, Presses de Sciences Po, 2015, page 98)
  3. Liaison étroite que contractent ensemble ceux qui, sans être frères, se traitent néanmoins comme des frères.
    • Il y a fraternité entre ces deux hommes, entre ces deux familles, entre ces deux républiques.
    • Toutefois, si un magnanime sentiment de fraternité s'imposait sincèrement et définitivement, sans arrière pensée, à tous les esprits européens, alors nous n'aurions pas à nous inquiéter du cosmopolitisme marseillais, intéressant embryon de la civilisation future. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  4. Organisme, association, à caractère religieux, entre personnes voulant vivre de façon fraternelle.
    • En termes d’insertion ecclésiale, ils ont tous, à un moment ou à un autre, étudié dans des pensions privées hors contrat tenues par des prêtres de la Fraternité Saint Pie X, fraternité schismatique d’avec l’Église, fondée par Monseigneur Lefebvre suite à la « crise catholique » (PEL-LETIER, 2002) postconciliaire, ou par la Fraternité Saint Pierre fondée par des membres issus de la précédente fraternité, mais qui sont revenus dans le giron de l’Église catholique romaine, […]. — (Josselin Tricou, « Entre masque et travestissement : Résistances des catholiques aux mutations de genre en France: le cas des "Hommen" », dans la revue Estudos de Religião, vol. 30, n° 1, jan.-avr. 2016, p. 53)

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier