Voir aussi : Macaron

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1552) De l’italien maccarone → voir macaroni ; le sens de « gâteau rond » existait en ancien français avec macherie (« placenta »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
macaron macarons
\ma.ka.ʁɔ̃\
 
Des macarons. (1)
 
Un macaron (2)
 
Macaron de bateau. (7)

macaron \ma.ka.ʁɔ̃\ masculin

  1. (Pâtisserie) Petite pâtisserie ronde, dans laquelle il entre principalement des amandes et du sucre.
    • […], et cependant j'entends sa chère tante de Douay qui avait cinq bonnes mille liv. de rentes , lui disant : Merlinet , si tu sais bien ton musa , mon ami , je te donnerai une biscotte , un macaron, un massepain , un biscuit, ou Quelqu'autre Chose Semblable qui flattera ton goût. — (Jean-Nicolas Pache, Sur une affaire pendante à la troisième Section du Tribunal civil de la Seine, Thin-le-Moutier, le 13 floréal an V, Paris : Imprimerie de R. Vatar, page 10)
    • La séance thé a été parfaite. Maman avait fait les choses comme il faut : le service à thé offert par mamie avec des dorures et des papillons verts et roses, des macarons de chez Ladurée et, quand même, du sucre roux (un truc de gauche). — (Muriel Barbery, L’élégance du hérisson, 2006, collection Folio, page 173)
  2. Macaron de Montmorillon : Petite pâtisserie ronde à base d'amande et d'amande amère, spécialité de la ville de Montmorillon dans la Vienne.
  3. Macaron de Saint-Émilion : Petite pâtisserie semblable aux macarons de Montmorillon.
  4. Macaron de Cormery : Petite pâtisserie en forme de couronne à base d'amande et de blanc d'œuf, spécialité de la ville de Cormery.
  5. Macaron de Joyeuse : Petit gâteau sec à base d'amande et de noisette, spécialité de la ville de Joyeuse en Ardèche.
  6. (Cuisine) Petit gâteau au blanc d’œuf, au sucre et à la noix de coco. Rocher coco, congolais.
  7. Insigne de forme arrondie.
    • A l'occasion du Championnat du Monde, la F.F.H.B. a adopté l'emblème ci-contre pour marquer cet événement exceptionnel. Il a été produit à plusieurs milliers d'exemplaires sous forme de macarons auto-collants et de cendriers. — (Organe de la Fédération Française de Handball 7C année — N° 62 — Janvier 1970, 32, rue de Londres, Paris, 40, rue Marceau, 94-Ivry)
    • Les mœurs d'avant 39 n'étaient pas telles qu'il fût permis de se mêler aux tire-laine, à moins qu'ils ne fissent le métier sur une certaine échelle et nantis d'un ruban sinon d'un macaron dans l'ordre national de la Légion d'Honneur — (Francis Ambrière, Les Grandes Vacances, Éditions du Seuil, 1946, page 86)
  8. (Architecture) Ornement rond, rosette, badge.
    • L'exubérance florale du macaron de la voûte de la chapelle Saint-Pierre est apparentée à celle de la sculpture des chapelles du déambulatoire. — (Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques. Fasc. A, Antiquités nationales, Comité des travaux historiques et scientifiques, France, 1986)
  9. (Militaire) Dans les fortifications françaises de la Première Guerre mondiale, fortin détaché, isolé, sans aucune communication avec les autres ouvrages de défense du système fortifié dont il fait partie, ni avec l’arrière.
    • M. Viollette fit ensuite le procès de la dernière découverte de l’état-major : le système des macarons fermés.
      « C’est ce système qui a servi de base à la défense de Verdun. Or, ce système des îlots fermés, sans boyaux de communication, sans moyens de communication à l’arrière, a condamné, de la façon la plus fatale, tous les hommes qui l’occupaient à être faits prisonniers ! Et ceci explique pourquoi, dans l’énoncé des pertes de Verdun, je trouve 69 000 disparus !…
      M. le marquis de la Ferronnays. – Depuis l’Artois, les macarons sont condamnés. »
      — (Paul Allard, Les dessous de la guerre révélés par les comités secrets, chapitre Ier : Les fautes de Verdun ; Les éditions de France, Paris, 1933, page 37)
  10. (Coiffure) Forme de coiffure féminine.
    • 2 octobre 42 – Elle a la coiffure que j’aime le moins au monde : un macaron marron et natté qui lui tourne autour de la tête. C’est une coiffure courageuse, qui sèche les traits et que choisissent généralement des femmes déjà sèches. — (Benoîte et Flora Groult, Journal à quatre mains, Denoël, 1962, page 234)
  11. (Marine) Roue de manœuvre du gouvernail ; barre à roue.
    • Toutefois, une observation est à faire en ce qui concerne les vapeurs dont le gouvernail est actionné par une roue désignée sous le nom de macaron et sur laquelle agit le pilote. Dans certains bateaux, quand on appuie sur le macaron, le bateau oriente du même côté ; mais il existe d'autres bateaux dans lesquels la même cause produit un effet contraire. — (« Procès verbal du 13 juin 1904 », dans les Procès-verbaux du Conseil municipal de Paris, 1904, p. 1120)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du français macaron.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
macaron
\mɑ.kɑ.ˈɹɔn\
ou \mɑː.kɑː.ˈɹɔːn\
macarons
\mɑ.kɑ.ˈɹɔnz\
ou \mɑː.kɑː.ˈɹɔːnz\

macaron \mɑ.kɑ.ˈɹɔn\ (Royaume-Uni), \mɑː.kɑː.ˈɹɔːn\ (Royaume-Uni)

  1. Macaron ; French macaroon ; petite pâtisserie ronde française.

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Voir aussiModifier

  • macaron sur l’encyclopédie Wikipédia (en anglais)  

ItalienModifier

 

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

Invariable
macaron

macaron \Prononciation ?\ masculin invariable

  1. (Cuisine) Macaron, petite pâtisserie d’origine française.

Voir aussiModifier

  • macaron sur l’encyclopédie Wikipédia (en italien)