Voir aussi : moudré

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin molere (sens identique). Ce verbe subit la désaffection générale envers les verbes du troisième groupe et il n’est plus guère usité qu’aux trois premières personnes de l’indicatif présent, à l’infinitif, à la première personne de l’impératif, au futur et au participe passé. Ses synonymes du premier groupe le supplantent à toutes les autres personnes, tendance renforcée par une conjugaison délicate : je, tu mouds, il moud, mais nous moulons, vous moulez, ils moulent au présent de l'indicatif, on retrouve ce l au passé simple (je moulus) et à l'imparfait (je moulais) de l'indicatif ainsi qu'au subjonctif (que je moule).

Verbe Modifier

moudre \mudʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Mettre en poudre au moyen d’un moulin.
    • Il faut environ 3 chevaux-vapeur pour une paire de meules qui moud 15 à 16 hectolitres de blé par 24 heures. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 113)
    • (Absolument) Le moulin n’a pas assez d’eau, il ne peut moudre que six mois de l’année.
    • Ce moulin à café moud trop gros, ne moud pas assez fin.
  2. (Sens figuré) Meurtrir, rendre dolent, en parlant du corps ou d'une partie de celui-ci.
    • Avez-vous quelquefois, la nuit, dormi dans un wagon ? Les secousses de la voiture et la dureté des coussins vous ont moulu les reins et les épaules ; […].
  3. (Sens figuré) (Péjoratif) Discuter à perte de vue, débattre dans le vide.
    • — Belle Pannychis, ton petit peuple grec a conçu des formes dont se réjouissent à jamais les âmes et les yeux. Mais il se débitait chaque jour sur ton agora autant de sottises qu’en peuvent moudre en une session nos conseils municipaux. — (Anatole France, L’Étui de nacre, 1892, réédition Calmann-Lévy, 1923, page 242)

SynonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier