résilience

Voir aussi : resilience

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1911) De l’anglais resilience. Lui-même issu d’un participe du verbe latin resilire (« rebondir »), fait sur re- et salire (« monter »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
résilience résiliences
\ʁe.zi.ljɑ̃s\

résilience \ʁe.zi.ljɑ̃s\ féminin

  1. (Mécanique) Rapport entre l’énergie nécessaire pour briser un métal et la surface de la section brisée.
  2. Propriété physique d’un matériau de retrouver sa forme après avoir été comprimé ou déformé, élasticité.
  3. (Psychologie) (Sociologie) Capacité d’une personne ou d’une société à résister à une épreuve brutale et à en tirer parti pour se renforcer.
    • Sam s’était spécialisé dans un domaine de la psychiatrie, la résilience, qui partait du principe que même les personnes terrassées par les pires tragédies pouvaient trouver la force de se reconstruire sans se résigner à la fatalité du malheur. — (Guillaume Musso, Sauve-moi, Pocket, 2006 (1re éd. 2005), page 21)
    • Pendant la crise, les Grecs ont fait preuve de résilience et de réalisme. Ils sont peu nombreux à Athènes à croire que la période des sacrifices est aujourd’hui révolue. — (Le Monde, Grâce au courage des Grecs et de Tsipras, la Grèce a survécu, Le Monde. Mis en ligne le 22 juin 2018)
  4. (Système) Capacité à absorber une perturbation, à se réorganiser, et à continuer de fonctionner de la même manière qu’avant.
    • C’est là grosso modo la définition de la résilience : la capacité d’un système à absorber une perturbation, à se réorganiser, et à continuer de fonctionner de la même manière qu’avant la survenance de cette perturbation. — (Brian Walter, « Qu’est-ce que la résilience ? », La Libre.be, 7 août 2013)
    1. (En particulier) (Écologie) Capacité d’un écosystème, d’une population ou d’une espèce à persister ou à maintenir son fonctionnement face à une perturbation exogène.
      • Appliquée sur la durée, la futaie irrégulière offre de grandes surfaces où la régénération est présente ce qui rend la forêt mieux armée pour se reconstruire à moindre coût en cas de catastrophe naturelle (tempête…). On dit dans ce cas que la forêt possède une bonne « résilience ». — (La futaie irrégulière — Guide pratique à destination des sylviculteurs de Lorraine, du Luxembourg et de la région Wallonne, 5 mai 2008 → lire en ligne)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier